/ AFP PHOTO / JOHN THYS

OL : Alexandre Lacazette, de l'académie jusqu'aux sommets

Ce jeudi, l’OL a officialisé le retour de son ancienne star Alexandre Lacazette. Le buteur vient donc retrouver le club qui l'a fait grandir, et avec lequel il a acquis le statut de joueur emblématique.

“L’amour du club m’a suffi”. Voilà ce qu’a déclaré Alexandre Lacazette, jeudi, au moment de son retour à l’Olympique lyonnais. C’est une histoire vieille de presque 20 ans qui reprend, et qui ne demande désormais qu’à être parachevée. Comptant 129 buts en 275 rencontres disputées sous les couleurs rouges et bleues, l’ancien Gunner n’a désormais plus qu’à trouver 4 fois le chemin des filets pour dépasser Serge Chiesa, et s’inscrire durablement sur le podium des meilleurs buteurs de l’histoire du club.

Ceci étant, les casquettes qu'on attend de lui sont multiples et vont au-delà des simples performances sur le terrain. On pense notamment à l’encadrement des jeunes fraîchement sortis de l’académie, qui commencent à se faire une place dans l'équipe première. Qui de mieux placé pour les comprendre qu’un vétéran dont le parcours fut similaire une dizaine d'années en arrière ?


De la formation aux pros


C’est en 2003 que le jeune Lacazette intègre l’école de foot de l’OL, après avoir été biberonné au FC Gerland (Lyon 7e) et à l'Élan Sportif (Lyon 8e). Issu d’une génération dorée de la formation lyonnaise, qui a notamment vu sortir Clément Grenier ou encore Anthony Lopes, le gone de Mermoz effectue plusieurs années d'apprentissage, jusqu’à intégrer la réserve à partir de 2008. Faisant montre de son potentiel, il s’impose en parallèle comme un élève assidu des catégories jeunes de l’équipe de France.

Au cours de l’exercice 2009-2010, l’attaquant d’origine guadeloupéenne s’illustre avec l’équipe B, en marquant 12 fois en 22 apparitions, et en obtenant à la clé un titre de champion de France des réserves. Ses performances lui permettent d’attirer l’attention du technicien des pros Claude Puel, qui fait appel à lui pour la première fois en mai 2010, lors d’un match de Ligue 1 contre Auxerre (victoire 2-1). Dans la foulée, le joueur de 19 ans paraphe son premier contrat professionnel, le 3 juin suivant.


La machine se met en route


Au cours des deux saisons suivantes, "Alex" Lacazette s'installe progressivement dans la rotation, en étant plutôt utilisé en tant qu’ailier. Même s’il est remarqué pour sa vivacité et ses dribbles, le droitier est longtemps barré par une avant-garde lyonnaise bien en place, qui contient dans ses rangs Lisandro López, Bafétimbi Gomis, Michel Bastos ou encore Jimmy Briand. Il remporte néanmoins la Coupe de France et le Trophée des champions en 2012, sous la houlette de Rémi Garde. Il s’agit à ce jour de ses deux seuls trophées soulevés avec les Gones. A l’intersaison de la même année, il récupère le numéro 10, laissé vacant suite au départ d’Ederson.

Alors qu'il honore sa première sélection chez les Bleus en mai 2013, c’est au cours de l’exercice suivant que le jeune homme s'impose comme un titulaire en puissance à la pointe de l’attaque rhodanienne. Mais l’heure de la consécration sonne véritablement en 2014-2015, lorsque le natif de Lyon marque 27 fois en 33 rencontres de Ligue 1. Une performance qu’il parviendra même à dépasser deux années plus tard, en inscrivant 28 buts en championnat et 37 toutes compétitions confondues lors de la saison 2016-2017. De quoi marquer le coup pour ce qui fut sa dernière année sous le maillot de l’OL.


Ce n’était qu’un au revoir...


En effet, après une épopée européenne clôturée en demi-finale de C3 face à l’Ajax de Peter Bosz, la star du Parc OL s’est envolée en direction d’Arsenal à l’été 2017 contre 53 M €. Il était alors devenu la vente la plus conséquente jamais réalisée par Jean-Michel Aulas, avant d’être dépassé par Tanguy Ndombele en 2019.

Après 5 années de vicissitudes du côté de Londres, où il fut tout de même désigné capitaine pour cette fin de saison, le numéro 9 qui a récemment soufflé sa 31e bougie retourne donc à ses premiers amours. A lui maintenant de contribuer à “retrouver un grand OL”, comme il en a lui-même exprimé le souhait.

13 commentaires
  1. Darn - ven 10 Juin 22 à 8 h 23

    ET MAIS IL EST TROP BEAU CE MAILLOT NOIR !!!
    Quelqu'un sait c'est quelle saison ?

    Signaler
    1. Darn - ven 10 Juin 22 à 8 h 31

      J'ai l'impression que c'est celui-là (2016-2017), à ceci près que c'est pas le même sponsor :
      https://www.foot-inside.fr/lyon-3eme-maillot-foot-adidas-saison-2016-2017/

      Signaler
    1. Darn - ven 10 Juin 22 à 8 h 46

      Oui ! En fait, c'était VEOLIA en Coupe d'Europe et Hyundai en L1...

      Signaler
  2. Darn - ven 10 Juin 22 à 8 h 47

    Je précise quand même que j'ai lu tout l'article...

    Signaler
  3. zikos35 - ven 10 Juin 22 à 9 h 25

    Un carrière gâchée, à mon avis, avec son transfert avorté à l'Athletico qui s'était vu interdit de recrutement... Et qui l'avait poussé à Arsenal. Je pense qu'avec Simeone il aurait progressé beaucoup et aurait permis à Deschamps de revoir son jugement.

    Signaler
    1. XUO - ven 10 Juin 22 à 9 h 48

      C'est absolument certain. Simeone aurait fait d'Alex un avant centre argentin, donnant encore plus d'accélération au jeu et imbattable sur les bons coups.

      Signaler
    2. Altheos - ven 10 Juin 22 à 10 h 57

      Je suis entièrement d'accord.
      Il pensait avoir fait le tour de ce qu'il pouvait apporter à l'OL et souhaitait un transfert, notamment à l'Atletico (et pas athletico) dont le coach le voulait et qui voulait l'associer à Grizemann, son grand pote.
      Malheureusement, l'interdiction de transfert de l'équipe madrilène cette année-là le pousse à accepter l'offre d'Arsenal un peu par dépit (et aussi parce que JMA n'allait pas refuser 53 patates).
      Je suis convaincu qu'une année de plus à l'OL avant de rejoindre Madrid aurait été préférable, à tous les niveaux. Pour lui, qui aurait rejoint un club avec un entraîneur qui le désirait mais aussi pour Griezmann qui n'aurait surement pas fait son caca nerveux pour rejoindre le Barça, avec les conséquences qu'on connait.
      Bref, un beau gâchis.

      Signaler
  4. Zens - ven 10 Juin 22 à 13 h 12

    Le Général (Maréchal) Lacazette est accueilli comme le Sauveur de l'Olympique Lyonnais. J'ose même pas imaginer les réactions si le Messi(e) se plante...

    Signaler
    1. Olyonn@is - ven 10 Juin 22 à 16 h 08

      C'est pour ça qu'il lui faut des lieutenants très forts comme Tolisso et autres...Il ne faut pas qu'il ait toute la pression Lyonnaise et de France sur ses épaules, même si je pense qu'il a les épaules larges.

      Signaler
  5. GIANI69 - ven 10 Juin 22 à 13 h 49

    Ce retour d Alex m interpelle quand même !!! Car quand on voit la dépense physique à ce poste et en général des défenseurs très athlétiques , si à ses côtés on n a pas des ailiers virevoltants (et que fait on de Dembele) ce n est pas encore gagné !! Alors c est bien là com sur Alex mais comme on nous parle de mercato ambitieux j attends de voir car pour moi pour le moment Alex et Antho c est de la com !! Il faut un grand défenseur central jeune physique et technique , un latéral gauche et deux attaquants pour faire tourner, voir un milieu si Aouar et Mendes s en vont ( Ouf !!!)!! Donc wait and see !!!!!!

    Signaler
  6. Olyonn@is - ven 10 Juin 22 à 16 h 11

    Il nous faut un vrai passeur sur l'aile gauche.KTE va partir je pense.

    Signaler
  7. Juninho Pernambucano - ven 10 Juin 22 à 19 h 17

    Idem avec ce que dit précédemment .
    Ce séjour en angleterre lui a quand même fermé les portes de l'équipe de france , alors qu'il avait largement le niveau pour en être , et ça aurait été beaucoup mieux pour lui d'aller en Espagne , à l'instar de Fekir ( mais dédé ne lui ouvre pour autant pas les portes ) .
    Maintenant à 31 piges , revenir à l'OL en tant que taulier , c'est mieux pour lui .

    Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut