OL : avec ou sans Fekir ? Là n'est pas la question

Deux matchs en trois jours en championnat, l'occasion d'une comparaison était belle. Entre le succès à Nice 5 à 0 et la défaite contre Lille 2 buts à 1, l'OL a montré deux visages différents, pour deux résultats qui le sont par conséquent. Et ce n'est pas un joueur qui change tout.

Mettons les choses au point tout de suite. Nabil Fekir est une pièce essentielle de l'Olympique lyonnais cette saison. Il a évoqué avec ironie cette situation après la défaite contre le LOSC mercredi soir, tout en avouant "qu'il y a des jours sans. C’était un jour sans je pense. Il n’y a pas d’accident dans le football." C'est pour cela que tout s'explique.

Lyon chez soi à l'extérieur

A l'Allianz Riviera de Nice, les hommes de Bruno Genesio avaient un plan de jeu clair, qui a été très efficace surtout en première période : jouer bas (comme d'habitude à l'extérieur) et aller le plus vite possible vers l'avant, en privilégiant la verticalité. Par ailleurs, on observe que les Rhodaniens pressent assez haut en début de rencontre, surtout juste après une perte du ballon. En face, Nice n'est pas bien organisé. Positionnés en 3-5-2, les joueurs de Lucien Favre sont éloignés les uns des autres, n'ont pas un bloc compact et se font beaucoup prendre dans le dos des latéraux. Les espaces sont nombreux, et les Aiglons ont pas mal de déchet technique, même dans leur milieu de terrain si dominant en temps normal. De tout cela les Gones vont profiter pour faire mal et inscrire 4 buts en 40 minutes.

Preuve en est dès la 5e minute. Dante sort de sa défense pour intercepter le ballon au milieu de terrain, mais le perd aussitôt. Cette faute est exploitée directement par les Lyonnais, et en 3 passes Memphis ouvre le score. Jeu direct symbolisé à la 16e par un long ballon à destination du Néerlandais, qui tente en une touche de lober Benitez, le gardien niçois, mais Mariano ne conclut pas au moment de reprendre. Sur la 2e réalisation de Tanguy Ndombele, les hommes du président Aulas profitent encore des lacunes adverses. Le jeune milieu est à l'origine, il donne un long ballon sur le côté à Tete, qui repique dans l'axe et passe à Cornet. Après un exploit individuel, c'est l'ancien d'Amiens qui termine Le 3e but de Mariano est symbolique de ce match, car après une énième perte de Nice, Aouar lance le Dominicain avec un magnifique ballon en profondeur. Une passe, et la différence est faite. 5-0 donc, le tout sans Fekir. Contre Lille, c'était tout autre chose.

Pas alarmant

Avec le capitaine Fekir de retour, on s'attendait à un match plus ou moins facile face à un relégable qui venait juste de se séparer de son entraîneur, Marcelo Bielsa. Sauf que pour chaque match, même dans des conditions idéales (retour de Fekir, à domicile, contre le 19e), il faut mettre les mêmes ingrédients et viser l'excellence. Au contraire, on a trouvé l'OL différent par rapport aux dernières rencontres. Tout d'abord, on constate que les Lyonnais ont laissé jouer leurs adversaires, sans s'opposer réellement lorsque les Dogues avançaient vers le but d'Anthony Lopes. Une agressivité moindre, une qualité technique pas forcément au rendez-vous, il n'en fallait pas plus aux coéquipiers de Yassine Benzia pour faire la différence.

Sur le 1er but de Lille, Thiago Mendes rentre dans la surface et sur son bon pied, en ayant éliminé assez facilement Ferland Mendy puis Mouctar Diakhaby (soit le côté gauche de la défense de l'OL). Que dire de la 2e réalisation adverse, quand Kevin Malcuit à quasiment 5 secondes pour lever la tête, ajuster son ballon et centrer pour Ponce. Mendy et Memphis (le côté gauche encore une fois) se regardent, et sont spectateurs de l'action. On comprend un peu mieux la sortie du latéral gauche à la mi-temps, Genesio n'ayant sans doute pas apprécié ce manque d'engagement qui a coûté deux buts. Pourtant, on a vu qu'en pressant un peu l'adversaire, la différence pouvait être faite (les Lyonnais récupèrent le ballon devant la surface adverse sur le but de Mariano). Le sursaut a eu lieu, mais dans les cinq dernières minutes. Les occasions sont énormes, or c'est bien trop peu. On avait l'habitude d'une équipe qui agit, on l'a vu réagir ce mercredi. Il faudra retrouver l'initiative et ce dès dimanche à Caen.

2 commentaires
  1. jeepy - ven 1 Déc 17 à 8 h 20

    Les Lillois ont profité surtout de la maladresse des Avants lyonnais... Ajouter à cela le "bol" du gardien qui repousse on ne sait par quel hasard des ballons plus que chauds. Si cela avait voulu rire, le Losc repartait avec 4 oú 5 buts dans la valise...

  2. Lyolicha - ven 1 Déc 17 à 10 h 43

    Dans le contenu c'était comme même limite tout au long du match. Puis il a fallu attendre la 80ème minute pour voir enfin les assauts lyonnais. Ceci dis je suis pas inquiet pour la suite du championnat. Caen sera un autre test sachant que c'est la troisième meilleur équipe à domicile.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut