OL, Garcia, Aulas, Juninho : « Tant qu’il y aura des Gones » avec Jhon Rachid

A l'occasion de la sortie de sa BD « Comme on peut », Jhon Rachid était l'invité de « Tant qu’il y aura des Gones ». Une émission au cours de laquelle notre équipe est largement revenue sur la nomination de Rudi Garcia au poste d'entraîneur de l'Olympique lyonnais.

12 commentaires
  1. sined - lun 14 Oct 19 à 22 h 21

    Il est bien ce Jhon Rachid...
    d'accord avec lui sur toute la ligne.

  2. NicoLG - lun 14 Oct 19 à 22 h 30

    C'est marrant ce que je lis et j'entends sur ce que les gens ont contre Garcia, personnellement ses déclarations passées je m'en contrefous. J'ai plus un problème avec le fait qu'il ne soit plus au sommet de son art et qu'on nous a vendu une révolution cette été qui vient d'être avortée avec ce choix.

    1. sined - lun 14 Oct 19 à 23 h 18

      Je n'ai rien contre Garcia... et je souhaite qu'il réussisse !
      même si cela doit remettre en cause mes déclas sur Aulas, Houiller et consorts.
      qui vivra verra !
      perso, je crois que nous sommes revenus en arrière et que cela n'est pas pour déplaire au prez, houiller, baticle, etc.
      tant pis pour le club et ses supporteurs.
      car je ne vois pas Garcia faire de miracle (mieux que Génésio), surtout en 4-3-3 !
      ce n'est que mon avis... mais le temps jugera.

  3. MoiMoiOuMoi - lun 14 Oct 19 à 22 h 42

    Très bonne émission et super analyses, merci à vous trois !

  4. sined - lun 14 Oct 19 à 23 h 10

    houiller ? je suis loin d'être un fan (et c'est un euphémisme)...
    je crois que l'OL va continuer dans la merdasse...
    Garcia où pas.

    1. Rockaddict - mar 15 Oct 19 à 0 h 18

      Tu n'es pas le seul. Jamais compris comment Aulas s'est emmouraché de lui.
      Tant qu'il sera là, on restera avec une vision des années 80....Dommage, on avait l'impression que l'OL allait effectuer une révolution. Feu de paille....

  5. sined - lun 14 Oct 19 à 23 h 21

    Tous les maux de l'OL sont évoquer... si cela pouvait ouvrir les yeux de certains... nous sommes dans un beau merdier.

  6. ol-91 - lun 14 Oct 19 à 23 h 41

    Nous devrions gagner contre Dijon grâce au syndrome du changement d'entraîneur.

  7. Balley - mar 15 Oct 19 à 7 h 58

    Voyez-vous c’est plus la saison prochaine qui m’inquiète.
    Effectivement le syndrome du changement d’entraîneur pourrait bien nous remettre à flots d’ici Noël.
    Puis une fin de saison comme on les connaît, mi figues mi raisin.
    Tant pis , advienne que pourra, on jugera sur pièces, que faire d’autre, on va pas condamner le bougre avant même qu’il ai commencé...
    Ce qui m’intéresse, c’est la prise de pouvoir de Juni sur le long terme. Et je pense que la venu de blanc, du moins maintenant, l’aurait fragilisé.
    Je ne dis pas être satisfait de la situation, mais que les joueurs commence par jouer en équipe, si Garcia réussit ça, on aura au moins de quoi prendre du plaisir, et si en plus il pouvait faire bouger un peu la hiérarchie des joueurs, et exploiter JRA, Cherki (dans le vestiaire et sur le banc dans un premier temps) je m’en contenterai.
    Ça finale de ligue Europa me laisse rêveur, voyons se dont il est capable.
    Je me rassure aussi en pensant que si il ne fait pas l’affaire, il sera limogé manumilitari.

    1. MoiMoiOuMoi - mar 15 Oct 19 à 8 h 53

      Mon Baileys (saveur noisette, c'est la meilleure), faut pas croire que l'OL est entré dans une nouvelle ère en ayant limogé Sylvinho...

      Déjà, parce qu'après avoir tenté un nouveau type d'entraîneur (l'étranger), on retourne vers du français, mais ensuite et surtout parce que le limogeage express d'entraîneur n'est pas trop le truc de la maison. Regarde par exemple combien de temps on a gardé Génésio alors qu'on s'est rapidement rendu compte qu'il n'était pas celui qui ferait franchir un pallier à l'équipe - mais plutôt qu'elle régressait peu à peu, survivant au gré de ses individualités...

      On garde les entraîneurs jusqu'à ce qu'on ait essoré tout espoir de mieux. Exception faite pour Sylvinho qui n'a pas survécu à des résultats qu'on n'avait plus connus depuis un bail.

      Bref, Rudi (qui n'est pas un chien) "sera limogé manumilitari" uniquement s'il nous conduit dans les tréfonds du classement, comme Sylvinho.
      S'il nous fait faire une saison moyenne, nous faisant finir aux porte des places européennes, pas sûr que Jean-Mimi le vire. L'a pu d'sous 😉

  8. clemesitpa - mar 15 Oct 19 à 10 h 52

    La déception est grande. La nominatation de Garcia ou d'un autre n'aurait pas apporté l'espoir estival...
    Cette désillusion provient de la révolution annoncée et de l'arrivée hautement symbolique de Juninho. 4 mois plus tard, c'est la douche froide et tout est retombé à plat.
    Cette saison commence bien difficilement... On part avec du retard, on a aucune certitude de jeu, Juninho n'a pas apporté sa grinta espérée et on file vers un entraineur qui ne fait pas rêver... Dommage... Quel dommage même ... un vrai sentiement de gachi

    1. lecirev - mer 16 Oct 19 à 21 h 33

      Les espoirs placés dans la venue de Juni étaient tellement énormes, rappelez-vous tous nous attendions le début de la saison avec envies nombreux ont repris leurs abonnements alors qu’ils n’allaient plus au stade depuis que Genesio les avaient dégoûtés du foot pratiqué par l’OL.
      C’est pourquoi la déception est si grande .
      Seul la nomination d’un entraîneur de très très haut niveau aurait redonné de l’espoir .

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut