L’OL titré en finale de la Coupe Gambardella (crédit : FFF)

OL : "La Gambardella nous a fait vivre des moments incroyables"

Ce week-end, l’OL fait son entrée en lice en Coupe Gambardella. Les U19 lyonnais se déplacent dimanche à Louhans-Cuiseaux avec l’étiquette de tenants du titre. Six mois après le sacre au Stade de France, Gwendal Degorce se rappelle cette épopée qui a marqué tout un club et une génération.

Au moment d’évoquer la Coupe Gambardella, un grand sourire s’est affiché sur son visage comme un enfant qui découvrait son jouet de Noël un 25 décembre. Entre cette coupe et la génération 2004 de l’OL, une vraie relation s’est créée et ce n’est pas Gwendal Degorce qui dira le contraire. Ce dimanche, le club lyonnais remet son titre en jeu sur la pelouse de Louhans-Cuiseaux avec une nouvelle génération, celle des 2005. Eric Hély est toujours à la baguette mais les héros du 7 mai dernier seront occupés chez les pros pour certains (Sarr) ou avec le groupe de National 2 pour d’autres (El Arouch, Lagha…). Seuls Marsin, Fuhrer, Chaïb et Mounsesse, surclassés la saison dernière, auront le droit à un peu de rab.

"L’entrée en lice ce week-end fait forcément remonter de nombreux souvenirs. Ca nous fait penser à quel niveau on était la saison dernière en championnat à cette période, comment on approchait le match de Gambardella, a confié Gwendal Degorce à Olympique-et-Lyonnais. Certains 2005 l’ont déjà vécu avec nous la saison dernière et ils vont vivre des moments qui sont juste incroyables que ce soit au début ou plus tard. Ils vont aller à Louhans donc ça va attirer beaucoup de monde pour le match."


"Ca restera gravé à jamais"


Après 25 ans de disette, l’OL avait réussi à mettre un terme à cette période sans titre face au SM Caen au Stade de France. Une finale qui pourrait mettre de la pression à la vue du contexte entourant le club mais que les jeunes Lyonnais ont finalement transformé en bonne pression. "On avait tous cette pression d’être à Paris, de jouer une finale mais avec la saison qu’on avait vécue c’était juste de la folie et on a tellement gagné, on se sentait tellement bien entre nous, on est arrivé confiant après avoir vécu des scénario compliqués, des tirs au but."

Les présences d’Eric Hély, déjà vainqueur comme joueur et entraîneur, et de son adjoint Pierre Chavrondier ont également joué. Au Stade de France mais aussi durant tout le parcours qui avait commencé avec un derby face à l’AS Saint-Etienne. Une entrée en matière qui a été le ciment d’une aventure sportive et humaine pour ce groupe de la génération 2004, renforcée par quelques 2005. Si le sacre a été au bout du parcours, l’OL n’est pas passé loin de la correctionnelle avec notamment cette séance de tirs au but à Monaco.


"On représente une image de délivrance au sein de l'OL"


Comme au Stade de France, Gwendal Degorce s’était chargé d’envoyer son équipe au tour suivant avec le dernier tir décisif. Sur le flanc depuis le début de la saison à cause d’un problème au dos, le latéral gauche se rappelle de cette aventure comme si c’était hier. Un lien unique s’est créé entre tous les vainqueurs de cette Gambardella 2022

"Personnellement, ça m’a énormément apporté. J’ai appris sur ce que je pouvais donner pour repousser mes limites et aller chercher au plus profond de moi pour arracher une victoire dans une coupe qu’on ne peut jouer qu’une fois et qui est si importante. Vivre des moments aussi forts en groupe, faire une épopée, ça a juste été incroyable, ce sont des sensations que je n’avais jamais ressenties avant. Aujourd’hui encore, je n’ai pas les mots, c’est de la folie. Quand j’y repense, c’est incroyable. On y repense toujours, ça restera gravé dans nos esprits le parcours, les matchs, les tirs au but que ce soit contre Monaco ou la finale. Il y a une pression énorme mais quand tu y es, tu es dans ta bulle."

Ayant mis fin à 25 ans de disette, les jeunes joueurs de l’OL ont forcément été mis en avant que ce soit dans les médias ou par le club avec notamment un tour d’honneur à la mi-temps du match de Nantes la saison dernière ou d'une rencontre avec le public avant Auxerre. Mohamed El Arouch ou encore Mathieu Patouillet ont pris un peu plus la lumière depuis, néanmoins, rien a changé entre eux assure Gwendal Degorce, "on fait notre chemin et on prend juste du plaisir à venir s’entraîner. On a ce petit bonus en plus d’avoir gagné la Gambardella mais sans prétention." Dimanche, la bande de potes suivra avec attention l’entrée en lice de leurs cadets. Avec l’espoir d’avoir déjà des successeurs au palmarès.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut