OL : "L’Académie, il n’y a pas mieux pour apprendre", avoue Maxime Blanc

Passé par le centre de formation de l’OL il y a dix ans, Maxime Blanc joue aujourd’hui la montée en Ligue 2 avec le FBBP01, club partenaire. Pour O&L, le milieu de terrain est revenu sur son apprentissage à Tola Vologe aux côtés de Jordan Ferri ou Enzo Reale.

Dimanche, les U19 de l’Olympique lyonnais se déplacent sur la pelouse de Bourg-en-Bresse pour y affronter les U19 bressans. l’OL et le FBBP01, deux clubs partenaires et qui sont chers à Maxime Blanc. Formé à l’Olympique lyonnais et dans l’Ain depuis le début de la saison après quatre années à Villefranche, le milieu de terrain est revenu sur son apprentissage du haut niveau.

Olympique-et-Lyonnais.com : Dix ans après votre départ de l’OL, vous jouez la montée en Ligue 2 avec le FBBP, c’est quelque chose qui vous manque ?

Maxime Blanc : Quand on est joueur de football, on cherche toujours à jouer au plus haut niveau. Je ne considère pas le foot comme un métier mais une passion mais c’est sûr que pouvoir jouer en Ligue 2 ou en Ligue 1, c’est quelque chose à laquelle on aspire. Il nous reste encore beaucoup de matchs contre des concurrents directs donc on fera les comptes à la fin.

Surtout que, personnellement, vous avez connu une déception la saison dernière avec Villefranche et ce barrage perdu contre Niort… Vous en parlez à Bourg ?

Non, je n’ai pas besoin, il y a pas mal de joueurs expérimentés qui ont déjà goûté à la Ligue 2 et même la Ligue 1 donc ils sont rodés. C’est aussi pour ça que je suis venu ici. Il y avait un beau projet sur le papier et cette saison en est la preuve. Mais il faut tout donner jusqu’au bout car oui la saison dernière s’est achevée amèrement… 


Blanc : "Garrido, Roche... Que de super éducateurs à l'OL"


Jouer en Ligue 2, serait-ce un moyen de rattraper le temps ? Est-ce un regret d’avoir été formé à l’OL mais de ne pas avoir joué avec les pros ?

Il faut savoir qu’à l’époque, il y avait Clément Grenier et Yoann Gourcuff qui évoluaient sensiblement au même poste que moi donc pas de regrets à proprement parler car même si je ne suis pas passé "pro", j’ai quand même réussi à vivre du foot. Je garde de très bon souvenirs de cette formation à l’OL. Après bien sûr qu’à 30 ans, on se rend compte qu’on aurait pu mieux faire sur certaines choses à 20 ans. Mais à ce moment-là, tu n’en prends pas vraiment conscience, tu t’en fous un peu, tu profites. Comme sur la récupération, sur le sommeil. Peut-être en faire un peu plus dans la charge de travail. Ce n’est que plus tard que tu t’en rends compte…

L’OL est vanté pour sa formation, qu’est-ce qui fait la différence par rapport aux autres ? 

Je n’ai pas été ailleurs donc je ne pourrais pas comparer mais je sais ce que j’ai vécu à Tola Vologe. Que ce soit au niveau des infrastructures, au niveau des entraineurs, on n'avait que de la qualité à notre disposition. Que ce soit en U15, U16, U17, tu apprenais chaque année quelque chose. Au niveau technique, il n’y a pas mieux pour apprendre. Je suis un joueur qui, comme on le dit, aime le ballon et j’ai été servi là-bas. Que ce soit à Villefranche ou à Bourg, j’ai connu deux clubs où la philosophie est avec le ballon donc forcément que l’apprentissage à l’OL a servi. On était confronté à tout. Et puis, comme je l’ai dit, j’ai connu de super éducateurs. Il y a bien évidemment Armand Garrido, qui n’est plus au club mais qui a fait beaucoup pour moi et pour de nombreux jeunes passés au centre, Stéphane Roche


Blanc : "L'impression que les jeunes sont plus prêts aujourd'hui"


Dix ans après, qu’est ce qu’il reste de ces années OL ?

Que de bons souvenirs. Si c’était à refaire, je referai exactement pareil. On avait une belle bande de potes avec ces générations 91-92-93. Que ce soit en U16, U17 ou U19, on était largement au-dessus donc vraiment que des bons moments. Je me souviens qu’avec Enzo Reale, Rachid Ghezzal notamment, on a été champion de France des équipes réserves en 2011 contre Le Mans, je crois, et j’avais marqué. Ça reste un très bon souvenir.

Avez-vous encore des contacts à l’OL ?

Ca a pas mal bougé depuis que je suis parti. Il ne reste plus grand monde. Avant, j’étais souvent au téléphone avec Jordan Ferri, qui est venu avec moi à l’OL, mais bon maintenant il n’est plus au club. On a un groupe WhatsApp avec des anciens du centre qui ne sont pas forcément passés pro comme moi mais dans l’OL actuel, pas vraiment. Ah si, il y a Jérémy Jacquemot, un des kinés des pros, avec qui j’échange régulièrement. Mais sinon, c’est vrai que ça a pas mal changé en dix ans.

Y-a-t-il une mentalité différente aujourd’hui qu’avant ?

A notre époque, il y avait bien des "91" qui étaient matures et prêts pour le haut niveau mais on a l’impression qu’aujourd’hui ces jeunes du centre comme Caqueret ou Aouar ont déjà tous les outils à disposition pour s’imposer à l’OL et au haut niveau. Comme déjà conditionnés. Ça vient peut-être du fait que maintenant à 20 ans, tu as déjà une ou deux saisons dans les jambes.

1 commentaire
  1. JUNi DU 36 - ven 25 Mar 22 à 13 h 37

    Interressant ce qu'il dit. On sent que parfois pour passer pro ça se joue à pas grand chose. Si JMA ne c'était épris de l'homme de cristal il aurait peut être eu droit à un contrat...
    Quelqu'un ici l'a vu joué ?
    Il y a pleins de bons footballeurs qui n'arrivent pas à franchir la barre, il n'y a pas de place pour tout le monde malheureusement.
    Il serait bien peut être un jour de faire une ligue 1 bis comme il y a eu pour la division 2 pendant longtemps,ca permettrait la création de milliers d'emplois en plus et de permettre à tous ses joueurs qui restent sur le carreau de passer professionnels.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut