OL : "L'école t'apporte un cadre", explique Amel Majri

Très tôt, Amel Majri a eu la passion du football. A 28 ans, la joueuse de l'Olympique lyonnais raconte comment l'école lui a permis de devenir l'internationale française qu'elle est aujourd'hui.

Depuis son plus jeune âge, Amel Majri tape dans un ballon. Passionnée par le football dès l'enfance, la joueuse de l'Olympique lyonnais n'a toutefois pas commencé par pratiquer ce sport dans un club, mais dans la cour de récréation de son école ou dans un city stade.

C'est finalement son professeur principal en primaire qui va la pousser à sauter le pas, en réussissant notamment à convaincre sa mère. "Je n’y pensais pas (à s'inscrire dans une équipe). C’est lui qui m’a fait comprendre que c’était bénéfique d’avoir un cadre. Il a provoqué une prise de conscience en me disant : « Mais je ne comprends pas pourquoi tu n’es pas dans un club. » Moi, je ne pensais même pas que j’avais le niveau de rentrer dans un club, a raconté la Rhodanienne dans un entretien à So Foot. En plus, à ce moment-là, il n’y avait pas trop de filles, donc c’était difficile de se projeter."

"Je remercie mes profs parce qu’ils m’ont suivie"

Le milieu scolaire a donc été important pour Amel Majri dans la construction de la footballeuse qu'elle est aujourd'hui. "L’école joue un rôle parce qu’elle t’apporte un cadre, que l’on peut transposer dans le sport. Ma mère a eu un rôle beaucoup plus important, c’est la base. Mais le fait d’avoir des gens qui s’intéressent à toi, c'est nécessaire parce que tu te sens considérée, importante. Je remercie mes profs parce qu’ils m’ont suivie, ils ont fait en sorte que je puisse réaliser mes rêves, a déclaré l'internationale française, actuellement blessée pour plusieurs mois. Ils ont été un relais entre ma maman et moi. Les parents sont parfois focalisés sur l’école et voient le reste comme un jeu alors quand le corps enseignant s’intéresse aux élèves, à ce qu’ils veulent réellement, ça aide."

2 commentaires
  1. Mimoun - lun 1 Nov 21 à 18 h 00

    Un professeur principal en primaire cela n'existe pas... Faut choisir entre professeur principal en collège, ou bien professeur d'école si on parle du primaire...
    Sinon le contenu vaut bien les banalités du genre "on prend match après match", "l'important c'est le collectif" et autres poncifs dont raffolent les footeux et footeuses...
    Mais Amel est attachante, et je lui souhaite de vite retrouver les terrains et... les interviews

    1. XUO - lun 1 Nov 21 à 22 h 19

      Le professeur dit principal aurait dû l' intégrer dans l'équipe USEP de garçons de l'école de Manissieux, c'est permis. Et là elle aurait été repérée par le staff de Saint Priest.
      Le sport à l'école, c'est la bonne porte pour les clubs. En plus, li y a vraiment une synergie entre les deux mondes : on fournit de bons éléments aux clubs et les cadres sportifs aident à la pratique du sport à l'école.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut