OL : qui est Paolo Rongoni ?

Lundi, l'Olympique lyonnais a officialisé l'arrivée de Paolo Rongoni dans son staff technique. L'Italien de 47 ans, qui s'occupera de la préparation physique, est un fidèle associé de Rudi Garcia.

Son nom ne vous dit probablement rien. Paolo Rongoni est pourtant l'un des responsables du succès de Rudi Garcia dans les différents clubs qu'il a pu entraîner par le passé. L'Italien de 47 ans est arrivé, ce lundi, à l'Olympique lyonnais en tant qu'entraîneur adjoint responsable de la préparation physique de l'équipe première. Mais qui est-il vraiment ?

Un projet défini très jeune

Paolo Rongoni est né à Fermo, en Italie, en décembre 1971. Très jeune, il est attiré par le football et a pour projet de travailler dans ce milieu. Si ses compétences en tant que gardien de but ne sont pas à la hauteur pour espérer faire carrière, Rongoni décide de se focaliser sur les études et obtient un diplôme en sciences physiques à l'âge de 24 ans. Trois ans plus tard, il devient préparateur physique professionnel et décroche un doctorat en Sciences et techniques (Staps), ainsi qu'un doctorat de recherche en modification biomoléculaire et morphofonctionnel. Avant la trentaine, Paolo Rongoni possède donc un bagage solide pour découvrir le monde du football professionnel.

Garcia - Rongoni, une collaboration de longue date

Passé par Pérouse en Italie, et par Sion, Lugano et Genève en Suisse, Paolo Rongoni arrive en France en 2005, au Mans. A l'époque, le club entraîné par Frédéric Hantz vient de monter en Ligue 1 pour la deuxième fois de son histoire. C'est là-bas que, trois saisons plus tard, Paolo Rongoni rencontre Rudi Garcia. Si les deux hommes n'ont collaboré qu'une seule saison au Mans, les méthodes de travail et la personnalité de l'Italien ont marqué Rudi Garcia. Si bien que cinq ans plus tard, alors que Rongoni est en poste à la Lazio de Rome, Rudi Garcia fait appel à son ancien associé pour venir le rejoindre chez le rival, l'AS Roma. Après trois saisons de collaboration à Rome durant lesquelles le club italien parvient à se qualifier deux fois en Ligue des champions, le duo fait son retour en France pour entraîner l'Olympique de Marseille lors de la saison 2016/2017. Au fil des années, Garcia et Rongoni ont appris à travailler ensemble et à apporter une certaine complémentarité dans leur travail. "Je sais comment me comporter avec lui. Ça facilite le travail. On a déjà vécu des expériences, des tensions, des émotions ensemble. On a une complémentarité, deux caractères différents mais un même objectif", avait d'ailleurs déclaré l'adjoint de Rudi Garcia durant son passage à l'OM.

Des séances particulièrement intensives

Pour Paolo Rongoni, chaque joueur a un organisme qui lui est propre. Ainsi, l'adjoint de Rudi Garcia considère qu'il est primordiale d'individualiser le travail et de s'adapter aux besoins de chacun. Son objectif est de pousser les joueurs à leurs limites physiques respectives pour les habituer à tenir un effort à très haute intensité sur 90 minutes, pendant toute la saison. Sa devise : "On ne doit pas pousser le joueur à faire ce qu'il sait faire, on doit le pousser à faire ce qu'il a besoin de savoir faire" souligne également la capacité de Rongoni à cibler les besoins de chacun à travers des analyses minutieuses. La méthode Rongani a prouvé son efficacité par le passé, notamment à l'AS Roma où l'équipe avait décroché la qualification pour la Ligue des champions en toute fin de championnat. Si l'Italien a la réputation d'être très pointilleux et particulièrement exigeant dans son travail avec les joueurs, il est généralement apprécié par son groupe.

L'arrivée de Paolo Rongoni apparaît comme un changement radical au sein de l'Olympique lyonnais, qui vise à améliorer les capacités des joueurs à maintenir leurs efforts tout au long de la saison. Si ses méthodes avaient été relativement appréciées à l'OM, Rongoni devra se montrer convaincant pour les faire adhérer à son nouveau groupe, en cours de saison.

32 commentaires
  1. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 13 h 17

    Moi je suis pour. On se plaint depuis longtemps d'un besoin de changement.
    Après, ce qui m'inquiète c'est la relation qu'il aura avec le staff en place. Des préparateurs, on en a déjà 3, comment vont-ils réagir ? Comment va se gérer la hiérarchie ? Si c'est pour avoir une ambiance délétère, ça va foirer.

  2. OLVictory - mar 29 Oct 19 à 13 h 20

    Grâce à Rongoni Garcia pourra savoir ce qui se passe au quotidien au sein du groupe des préparateurs et entre eux et les joueurs. Il pourra décider qui va rester et qui doit partir, en connaissance de cause.

    1. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 13 h 21

      Ok. Donc Rongoni, c'est le nouveau DRH 😀 pourquoi pas, tant qu'on assainit la situation rapidement. Parce que là, ça risque de créer des clans et de se tirer dans les pattes.

      1. OLVictory - mar 29 Oct 19 à 13 h 23

        Quand je dis "il" décide, je parle de Garcia

      2. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 13 h 30

        J'avais bien compris 🙂 c'est toujours le DG qui a le dernier mot, sur les conseils de son DRH

      3. OLVictory - mar 29 Oct 19 à 13 h 32

        J'avais pas saisi la métaphore 😆

    2. sonny69dinallo - mar 29 Oct 19 à 15 h 28

      on va finir par avoir un staff costaud, expérimenté, c'est une très bonne chose.
      à un bémol prêt : les marseillais semblaient cramés en saison 2 non ?
      peut-être l'âge, le manque de renouvellement de l'effectif ?

  3. janot06 - mar 29 Oct 19 à 13 h 49

    "Si ses méthodes avaient été relativement appréciées à l’OM, Rongoni devra se montrer convaincant pour les faire adhérer à son nouveau groupe, en cours de saison."

    Ce qui m'interpelle dans cette phrase c'est le mot "relativement"...

    1. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 13 h 54

      Je n'ai jamais eu vent de mauvais retours à l'OM, ou alors j'ai oublié. On sent + le scepticisme du journaliste, là 🙂
      Pour approfondir sur Rongoni :
      https://www.laprovence.com/article/om/4530240/le-forcat-de-leffort.html

      1. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 13 h 56

        Le passage intéressant :
        "Mais l'OM représente un grand projet : on m'a donné une fonction, responsable du département performance, qui m'a donné envie de venir. Si cela avait été pour être préparateur physique, j'aurais réfléchi deux fois. Avoir la possibilité de créer, de structurer, de développer, comme je l'avais fait au Mans, je ne pouvais pas le manquer."
        Clairement, il ne serait pas venu s'il n'avait pas eu l'assurance d'être le boss à la prépa. A voir comment le reste du staff s'organise autour de lui et à voir comment tout le monde l'accepte.

      2. janot06 - mar 29 Oct 19 à 14 h 06

        D'autant que dans l'organigramme du club, Da Fonseca est LE responsable de la préparation physique...
        L'un va-t-il pousser l'autre ?

      3. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 14 h 08

        C'est obligé. Je ne vois pas Fonseca rester pour tout dire.

      4. MoiMoiOuMoi - mar 29 Oct 19 à 14 h 10

        Ça a du sens. A moins qu'il ne soit venu que pour retrouver Garcia et avoir un joli salaire.

      5. Sylvestre - mar 29 Oct 19 à 14 h 12

        Après, si on vire Fonseca qui donne plutôt satisfaction pour faire de la place à Rongoni et qu'on garde Baticle et Cacapa qui sont sympathiques mais dont on peut clairement remettre en question la plus value, ça va me gonfler.

  4. westkanoute - mar 29 Oct 19 à 14 h 03

    Bravo pour la présentation de ce npuveau membre de notre staff,très intéressant. Maintenant, je ne sais pas si ses methodes pourront nous apporter quelque chose cette saison.on sait que le travail physique s'effectue sur du long terme.

  5. MoiMoiOuMoi - mar 29 Oct 19 à 14 h 06

    Article intéressant, et nouvel élément qui arrive à l'OL et qui l'est encore plus : c'est une tête, un bosseur, exigeant avec les joueurs comme l'atteste sa devise « on ne doit pas pousser le joueur à faire ce qu’il sait faire, on doit le pousser à faire ce qu’il a besoin de savoir faire », ça me plait.

  6. Juillet - mar 29 Oct 19 à 15 h 00

    C'est le changement qu'il nous faut : nos joueurs n'ont visiblement pas l'habitude de se faire mal que ce soit aux entraînements ou en match, Memphis disait lui-même il me semble qu'il trouvait les entraînements trop faciles physiquement. Une grande partie des problèmes de l'équipe vient du manque d'efforts et de courses des joueurs, je souhaite à Rongoni de réussir.

  7. MoiMoiOuMoi - mar 29 Oct 19 à 15 h 25

    Sidney Govou :

    « Rudi Garcia est pour moi un bon entraîneur, un bon tacticien, et il peut être l’homme de la situation. Qu’il veuille faire évoluer son staff ne me choque pas. À Lyon, il y a un mode de fonctionnement depuis vingt ans, qui a marché, mais qui est presque anormal.
    Quand un entraîneur arrive, il a besoin de confiance, et donc de s’entourer de sa propre équipe.
    La chance de l’OL, c’est qu’une bonne série peut permettre de revenir sur le podium, c’est inespéré au vu du début de saison ».

  8. dada - mar 29 Oct 19 à 23 h 58

    Si en plus il a le pouvoir d'arrondir les pieds carrés c'est bonus.
    Attention tout de même de pas remplir l'infirmerie avec des entraînements limites excessifs. À trop tirer la préparation les joueurs se claquent seul à l'entraînement ou sur une simple course. Moi perso je pense souvent qu'on demande trop aux organismes. Là technique collective permet de moins taper dans les réserves musculaire et ça c'est le boulot du coach.
    Bonne chance tout de même

    1. SergioLeglise - mer 30 Oct 19 à 9 h 23

      Je suis d'accord.
      Je préférerais nettement une équipe dont les joueurs jouent proches les uns des autres et qui coulissent dans son ensemble à droite, à gauche, en avant, en arrière. Donc en limitant les grandes courses au bénéfice de petits sprints et de remises instantanés. Qu'une équipe dont les joueurs se transforment en marathoniens pour combler les espaces et être perpétuellement en retard.
      Attendons et regardons.

  9. poussin - mer 30 Oct 19 à 6 h 52

    Jolie communication sur le nouvel arrivant qui pourtant a craché ,comme son homologue entraîneur , sur le club via des tweets. Ok c'est le passé, faisons table rase mais soyons plus qu'exigeant avec tout ce staff qu'on jugera sur les performances de l'équipe.

  10. XUO - mer 30 Oct 19 à 8 h 45

    "...Il est primordiale d'individualiser le travail..."
    -----------------------------
    Normale, perch'è italiano...

    1. SergioLeglise - mer 30 Oct 19 à 9 h 31

      Non capisco. Questo cosa c'entra ?

      1. XUO - mer 30 Oct 19 à 11 h 56

        In francese si dice e si scrive "primordial"

      2. SergioLeglise - mer 30 Oct 19 à 16 h 34

        Ah, si ! Primordiale in italiano ! Il trascrittore scrive ciò che sente. Grazie Xuo !

  11. XUO - mer 30 Oct 19 à 16 h 57

    SergioLeglise, il est pas mal ton pseudo. Je suis passé dessus plusieurs fois sans avoir remarqué. Je devrais avoir honte !!!

    1. SergioLeglise - mer 30 Oct 19 à 17 h 03

      Ah ? Pour moi le plus grand ! Et le tien Xuo ? Ça vient pas de Xuereb ? Quelqu'un s'en rappelle seulement ?

  12. XUO - mer 30 Oct 19 à 17 h 08

    Je me souviens parfaitement de Xuereb mais mon pseudo n'a rien à voir avec lui. Il est seulement le croisement de mes origines asiatiques, bretonnes, auvergnates et canadiennes.

    1. le_yogi - mer 30 Oct 19 à 17 h 24

      Mais du coup c'est quoi l'explication j'ai pas saisi ^^ quelle lettre correspond à quoi ?!

      1. XUO - mer 30 Oct 19 à 17 h 38

        XUO est partiellement le nom d'ancêtres chinois et c'est également en désordre (OUX) la finale du nom d'ancêtres auvergnats et bretons. J'ai aussi de la famille qui a migré au Québec avec qui je partage ce pseudo.

      2. le_yogi - mer 30 Oct 19 à 17 h 44

        Bel hommage alors ! Merci pour la mise au point 😉

  13. SergioLeglise - mer 30 Oct 19 à 17 h 15

    Houla ! Moi tu l'auras compris c'est plus méditerranéen. Mais je vis en Auvergne. Haute-Loire. Heureux de croiser ton chemin, sur un forum olympien.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut