@OL Reign

OL Reign : "C'est l'occasion ou jamais de se poser des questions", affirme Le Sommer

Le souffle n'est pas retombé aux Etats-Unis après les accusations d'abus sexuels au sein de la NWSL (le championnat américain). Prêtée par l'Olympique lyonnais à l'OL Reign, Eugénie Le Sommer espère que ces révélations serviront également en France.

Aux Etats-Unis, les révélations d'abus sexuels au sein de la National Women's Soccer League ont secoué la Ligue américaine. Paul Riley, ancien coach de North Carolina limogé depuis, est accusé par deux de ses anciennes joueuses d'inconduite sexuelle impliquant notamment des rapports forcés.

Arrivée en juin de l'autre côté de l'Atlantique pour un prêt de 6 mois, Eugénie Le Sommer s'est exprimée sur cette affaire dans un entretien accordé à Eurosport"Je suis très surprise, oui. Je n'étais pas du tout au courant de cette histoire, même si j'avais entendu des choses sur comment était dirigée la Ligue. Les témoignages des deux joueuses agressées (les Américaines Sinead Farrelly et Meleana Shim se sont confiées au média The Athletic) sont extrêmement choquants et violents, a-t-elle raconté. Je n'ai pas forcément compris toutes les subtilités de l'article au début puisqu'il est en anglais, mais les filles de notre équipe ont été extrêmement touchées. J'en ai vu plusieurs pleurer dans le vestiaire et je les comprends. En tant que footballeuse professionnelle et que femme en général, on ne devrait pas se sentir en danger pour notre vie."

"Chaque joueuse a entendu des propos sexistes à un moment donné"

A l'image de la société actuelle où les langues commencent à se délier, l'attaquante souhaite que cette histoire serve d'exemple, notamment dans l'Hexagone. "Les propos sexistes, chaque joueuse en a entendu à un moment donné dans sa carrière, a-t-elle déclaré. Pour le reste, je n'ai jamais subi ce qu'ont pu vivre les filles ici aux États-Unis. Je ne dis pas que ce n'est jamais arrivé à personne, car je ne sais pas. Mais je pense que c'est l'occasion ou jamais de se poser des questions, et de mettre tout en place pour empêcher qu'un tel scénario se produise en France. J'ai lu également que des joueuses au Venezuela et en Australie s'étaient exprimées sur des actes de harcèlement et d'abus sexuels au sein de leurs championnats. C'est bien, il faut que la parole se libère, et j'ai l'impression que c'est ce qui est en train de se passer petit à petit."

A l'inverse, tout se déroule pour le mieux sur la pelouse pour les footballeuses d'OL Reign, actuellement 2es avant le choc contre Portland pour la 1re place jeudi. "Tout se passe bien du côté du terrain, oui. C'est d'ailleurs le message que j'ai envie de faire passer : le foot doit continuer, il ne faut pas s'empêcher de vivre à cause de personnes malveillantes ou malsaines", a conclu la Française.

2 commentaires
  1. JUNi DU 36 - mar 12 Oct 21 à 12 h 06

    En même temps au Texas ces conn.rds de fachos intégristes catho on fait passer une loi qui interdit tout avortement après 12 semaines même en cas de viols ou d'inceste. Cet abr.ti de Biden s'est indigné oui et après ?? Il serait temps d'agir et qu'une loi soit voté au niveau national pour qu'aucun gouverneur ne puisse y toucher.

    1. Le_Lyonniste - mar 12 Oct 21 à 19 h 23

      Et toi t'es pas un conn.rd de gauchiste intégriste ? T'es américain pour exiger quoi que ce soit dans d'autres pays ? Tu peux pas arrêter de cracher ton idéologie ? Ca nous ferait des vacances.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut