Ainsley Maitland-Niles (OL) face au PSG (Photo by FRANCK FIFE / AFP)

Coupe de France : à un mois de la finale contre le PSG, l’OL a du travail

Dans un mois jour pour jour, l’OL défiera le PSG en finale de la Coupe de France. Avant cette échéance capitale, les Lyonnais ont du pain sur la planche.

Le lourd revers concédé au Parc des Princes dimanche (4-1) a au moins eu un aspect positif, montrer à l’OL ce qui le sépare encore des premières places de Ligue 1 et donc des meilleures équipes. Il devra impérativement combler ce déficit, du moins autant que possible, d’ici un mois. Le 25 mai prochain, il affrontera ce même PSG (avec Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé titulaires sans doute) en finale de la Coupe de France. 

Avant cette rencontre décisive, à la fois pour remporter un titre, mais aussi potentiellement afin de retrouver une compétition européenne, le groupe de Pierre Sage sait qu’il a encore énormément de domaines à travailler. Le résultat de dimanche est venu confirmer que même si les Rhodaniens étaient la meilleure formation de l’élite en 2024, les Parisiens restaient les plus performants sur l’ensemble d’une saison.

Désormais, les partenaires d’Alexandre Lacazette ont un peu plus de quatre semaines pour se rapprocher le plus possible du niveau attendu dans ce genre d’affiche. Quelques leçons peuvent être retenues du voyage dans la capitale. “Même dans la défaite, il y a des choses à observer. On voit que jouer en 4-2-3-1, c’est trop ambitieux, que les quatre offensifs n’ont pas été le premier rideau défensif espéré… Malgré tout cela, l’Olympique lyonnais s’est procuré des occasions, il a su déstabiliser le bloc adverse. Maintenant, il faut corriger le manque d’équilibre et le jeu sans ballon, où il a été défaillant”, a développé Nicolas Puydebois dans Tant qu’il y aura des Gones.   

Les coéquipiers de Corentin Tolisso ont repris l’entraînement mercredi, avec dans le viseur la réception de Monaco dimanche (19 heures). Un autre gros morceau, qui précède le déplacement à Lille (6 mai), puis les deux affiches à priori plus abordables contre Clermont (12/05) et Strasbourg (19/05). Voilà le programme avant de retrouver les futurs champions de France à Pierre-Mauroy pour clôturer l’exercice 2023-2024. 

Avant cela, l’OL va tenter d’accrocher la 7e place, qui lui assurerait un billet pour l’Europe. “Il faut relever la tête, car il y a du boulot à faire. On sait qu’on peut mieux faire, bien sûr. Mais on sait aussi qu’il y a des objectifs qui arrivent, donc ce n’est pas inquiétant. On doit travailler encore comme on le fait depuis que le coach est arrivé", a dédramatisé Henrique.

Pierre Sage aussi, conscient des erreurs commises et du fait que trop vite, son adversaire a mené 2-0, ne panique pas. Il faudra oberver ses prochaines compositions pour constater s’il a voulu tenter un coup sur cette partie, ou si cela témoigne d’une volonté d’installer ce schèma dès l’entame de match. “Il y a des enseigements à tirer. En première mi-temps, ont a été en difficulté, et vu que ce sont mes choix, ils peuvent être questionnés, a-t-il reconnu. Mais en tout cas, dans la manière d’attaquer, on a quand même montré des choses.”  

Cela reste très insuffisant comme le prouve le score, et plus globalemet la philosophie de la confrontation. Notre consultant et ancien portier serait donc enclin à un retour en arrière, une recette qui a permis au club de se sauver. “Il faut rester en 4-3-3 avec une pointe basse, c’est comme cela que l’OL est performant, a tranché Nicolas Puydebois. Je serais plutôt d’avis d’attaquer la rencontre comme cela, et ensuite, sur les 25 dernières minutes, d’apporter plus d’intensité, de courses, avec les entrants comme Rayan Cherki, Gift Orban ou Mama Baldé. Je pense que Pierre Sage n’avait pas noté dans son calendrier les trois points de la victoire face à Paris, donc il a peut-être essayé quelque chose. Cela lui a permis, je l’espère, de tirer des enseignements.” L’Olympique lyonnais a maintenant un mois pour apprendre à déplacer un montagne.

3 commentaires
  1. Avatar
    Toitoi - jeu 25 Avr 24 à 8 h 05

    Un article de reprise du dernier TKYDG, avec lequel je suis d'ailleurs d'accord dans ce qui est répété ici : nos attaquants ne participent globalement pas assez au repli défensif, et comme les deux au milieu ne sont pas assez costauds pour suffire, il faut oublier ce système d'entrée de match.
    Puisque le style de l'entraîneur soit établi, gardons le 4-3-3 pour débuter, comme il fonctione pas trop mal (au niveau des résultats du moins).

  2. Avatar
    Sébastien Hamann - jeu 25 Avr 24 à 10 h 10

    Déjà, avec la présence de Perri dans les buts en finale, ça devrait changer beaucoup de choses.
    Cette masse, son envergure impressionnante dans les buts en impose.
    Et si par miracle on arrive au tirs aux buts, notre gardien en arrêtera ou l'adversaire en ratera, c'est certain.
    Niveau tactique, il faudra opter pour un 3-5-2 afin d'espérer le plus longtemps possible.

    1. Avatar
      Jarod777 - jeu 25 Avr 24 à 18 h 57

      Je ne vois vraiment pas ce que l'on peut reprocher à Lopes sur les derniers matchs mais bon.. ce gardien attire visiblement les critiques.. je suis seulement d'accord sur les penaltys et tirs au but sur lesquels Perri est très fort.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut