Juventus - OL (2-1) : "On doit mener 2 ou 3-0 à la pause", regrette Bompastor

Alors que la déception domine après cette défaite à Turin (2-1), Bompastor regrette que l’OL n’a pas tué le match avant.

Sonia Bompastor, qu’est-ce qui prédomine après ce match ?

Forcément, beaucoup de frustration et déception. On a bien commencé le match et je pense qu’avec notre maîtrise, on aurait dû mener de 2 ou 3 buts à la mi-temps. Le tournant, c’est le carton rouge et derrière, ça a été plus compliqué sur la dernière demi-heure.

Pensez-vous qu’il y a une faute sur Bouhaddi au moment de l’égalisation et que le ballon est sorti ?

Quand on est au bord du terrain, c’est difficile d’avoir une analyse à chaud. Il faut revoir les images pour avoir une vraie opinion. Mais ce qui est certain est que si on veut une assise sur la rencontre, avoir cet objectif de qualification, il faut qu’on fasse le nécessaire pour ne pas avoir à parler de l’arbitrage. Parler à l’arbitre à la fin du match ne doit pas arriver, il faut avoir fait le travail en amont. Donc je ne veux pas parler des décisions arbitrales mais de ce qu’a fait ou non mon équipe.

Pourquoi ne pas avoir titularisé Hegerberg ? Un souci physique ?

Ada est malade, elle a une gastro depuis le match contre Dijon. Elle a dû mal à s’en remettre. Elle a fait le déplacement avec nous à Turin mais est restée les deux jours à l’hôtel. Elle n’est sortie que pour le match et aller en tribunes car elle n’était pas en état de jouer. Pour le reste, ce sont des choix qui semblaient les plus justes sur la forme du moment. Damaris a fait un match intéressant pour son retour donc ça a été une bonne nouvelle.


Bompastor : "Voir si les filles ont le mental"


Qu’avez-vous dit aux joueuses dans le vestiaire après le match ?

J’ai dit qu’il fallait prendre le temps d’analyser les choses à froid. Quand c’est chaud, c’est difficile d’avoir une vraie analyse d'une défaite. Dans les prochains jours, on va revoir le match, bien analyser. Il faut se préparer pour le match dans une semaine, il nous reste 90 minutes devant notre public. On avait dit qu’il allait sûrement falloir faire preuve de caractère dans cette double confrontation donc on va voir si on a les filles qui ont un mental. C’est forcément de la déception mais il faut bien récupérer physiquement et mentalement.

Pourquoi avoir choisi de titulariser Griedge Mbock comme latérale gauche ?

Dans mon effectif, j’ai Perle Morroni qui est en phase de reprise, Hegerberg qui était malade. On avait fait le choix de mettre Melvine Malard devant et Selma Bacha un peu plus haut. C’est une disposition qu’on avait travaillée ces derniers temps aux entraînements avec Griedge à gauche et ce soir, je peux dire qu’elle a fait un match plus qu’intéressant.

Vous perdez alors que vous avez été plutôt solides pendant une heure…

On était bien jusqu’à l’heure de jeu. On fait preuve de maîtrise et on les a empêchées de se montrer offensives. Les seules occasions de la Juve, elles sont simplement venues de par nos erreurs donc j’étais plutôt satisfaite par la première et le début de la deuxième.

7 commentaires
  1. Poupette38 - mer 23 Mar 22 à 23 h 29

    C'est exactement ça, elles n'étaient pas dangereuse du tout . Elles se sont sabordées toutes seules les lyonnaises .

    Si je pouvais parler à Sonia, je lui demanderais qu'elle explique à Melvine Malard la règle du hors jeu 😡, elle me saoule cette joueuse .

    Comme le disait le regretté Gérard Houiller, un joueur qui est souvent hors jeu, c'est un manque d'intelligence . Memphis n'était jamais hors jeu, les grands joueurs ne sont jamais hors jeu .

    1. undeuxtrois - jeu 24 Mar 22 à 1 h 47

      Malard est une bonne joueuse de championnat, une puncheuse, qui peut embêter pas mal de défenseures par sa mobilité. Mais pour les grands matchs, elle est techniquement et tactiquement trop limitée, c'est évident. Elle peut progresser (encore que techniquement, c'est compliqué), mais j'ai l'impression que l'OL en fait SA star, alors qu'elle devrait avoir un rôle d'impact player.

  2. exile97 - jeu 24 Mar 22 à 3 h 32

    La vie m'ayant enseigné qu'il n'y a pas de hasard, je pense, tres modestement, que depuis trois ans nous sommes en recul, les "autres" équipes feminines ont grandi, nous sommes restés dans une forme de confort. Wendy que jai adorée ne supporte plus les critiques, ses prestations depuis deux ans sont en chute, Sarah idem ne serait ce que ses relances. Cette équipe est l'ombre de celle qui gagnaitdans la joue. Franchement depuis deux ans leur jeu s'est délité.
    Au-delà des feminines, le club dans son ensemble est en difficulté.
    Les résultats globaux actuels, mis à part les équipes des très jeunes, filles et garçons ainsi que les U17 et de moindre mesure les U19, et encore les U19 contre Strasbourg en Gambardella ce fût un résultat vraiment chanceux pour nous basésur un realisme absolu,nous verrons contre Troyes, car â cet égard je ne comprends toujours pas pourquoi, à l'instar du Barca, les équipes de jeunes ne jouent pas dans le système de jeu des pros, à oui, je sais, les pros n'ont pas un système de jeu etabli, pourtant les 7 titres ont été obtenus en 4.3.3,
    Il me semble qu'à beaucoup d'égards il serait bon de revenir à ce qui a fait nos succès. L'humilité et l'envie.
    Mine de rien, le club a perdu nombre d'éducateurs qui ont fait les succès passés. Nous sommes devenu une institution de business dans laquelle beaucoup d'anciens ne se reconnaissent plus.
    Regardons PSG, ne nous réjouissons pas de leur malheur.....

    1. XUO - jeu 24 Mar 22 à 9 h 36

      "... il n'y a pas de hasard...."
      Ah, ben non !

      " Le hasard est curieux, il provoque les choses
      Et le destin pressé, un instant prend la pause ..."

      Un exemple, au hasard : hier soir, je regardais ici-même la rencontre quand j'ai décidé de fermer certaines fenêtres Windows restées ouvertes.
      Quand je suis revenu à la rencontre, sous mes yeux, mes yeux hagards, j'ai constaté que Bouhaddi avait oublié de fermer sa fenêtre. Alors, ça si c'est pas une coïncidence qu'on appelle hasard , quoi t'est-ce ?

      Profitons de la pause pour dénicher plein d'autres hasards. Il se manifeste tellement souvent que je l'écris même au pluriel. Serait-ce un hasard ?

  3. paolo - jeu 24 Mar 22 à 8 h 59

    Comment une entraineuse peut diriger et encourager son équipe avec les bras croisées les trois quarts de match

    Deux défaites en ligue des champions
    Une élimination et quelle élimination en coupe de France
    Un nul contre ST Etienne denier du championnat
    Quel entraineur a fait pire ?
    La marche me parait un peu trop haute pour Mme Bompaspor

  4. OLVictory - jeu 24 Mar 22 à 9 h 15

    Hier soir je me suis dit que j'allais regarder le match des filles pour me réconcilier avec le foot, mauvaise idée !

    1. isabielle - jeu 24 Mar 22 à 9 h 28

      Toutes les grandes équipes ont parfois un "trou 'air"... Les meilleurs - celles qui ont un système de jeu collectif et qui ne s'en remettent pas à seulement à 1 sérial butteur - s'en remettent très vite.
      Pour les filles, se sera rapide, les effectifs sont stables. Pour les gars j'ai un gros doute, les successions de mercato ne nous favorisent pas !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut