Les joueurs de l'OL vainqueurs à Metz
Les joueurs de l’OL vainqueurs à Metz (Photo by Jean-Christophe VERHAEGEN / AFP)

L’OL n’a tout simplement pas le droit à l’erreur contre Valenciennes

Bien plus que le rendez-vous du 25 mai prochain, l’OL doit faire de Valenciennes le rendez-vous de sa saison. Pour espérer décrocher un premier titre depuis 2012, mais aussi pour effacer le traumatisme de la saison dernière.

Il règne comme un parfum des grandes soirées européennes dont le Parc OL en a perdu le goût depuis deux saisons. Ce mardi (20h45), l’enceinte de Décines va revêtir ses plus beaux habits pour recevoir Valenciennes. L’adversaire est loin d’être le nom le plus clinquant qu’il a été possible d’observer dans le Grand Stade et pourtant, c'est bien du match de l’année dont il est question ce jour dans tout le Rhône. Condamné à la mi-saison à une descente aux enfers dont on ne savait pas jusqu’à où elle mènerait, l’OL a choisi de prendre le chemin de la rédemption depuis la mi-décembre avec comme guide spirituel Pierre Sage.

L’entraîneur français n’est pas encore le messie de tout un peuple rouge et bleu, mais il en a déjà les attributs. Celui d’avoir ramené l’OL à la vie et de lui avoir offert une deuxième chance de se racheter. Avec le maintien quasiment acquis, les Lyonnais n’ont désormais qu’une priorité. Rendre "cette demi-saison historique" avec un premier titre soulevé depuis 2012 et la victoire en Coupe de France contre Quevilly.

Il ne convient pas d’écrire l’histoire avant l’heure, car avant de penser au 25 mai prochain et à un possible affrontement contre le PSG ou Rennes, les coéquipiers d’Alexandre Lacazette doivent déjà faire le travail ce mardi. Quatre-vingt-dix minutes de dur labeur où, poussée par plus de 56 000 spectateurs, la formation lyonnaise n’a qu’une seule issue possible : celle de la qualification. Forcément, quand Pierre Sage ou ses joueurs disent que Valenciennes est le pire tirage possible, il y a de quoi sourire. Tomber sur le dernier de Ligue 2 plutôt que deux autres formations de Ligue 1, on a connu pire scénario.

Mais il est clair que dans l’histoire, l’équipe qui a la plus à perdre est bien l’OL. Le raisonnement lyonnais peut donc se tenir, même si l’on peut se dire qu’il est avant tout de façade. "Dans ce genre de situation, il est facile de définir quelle est l’équipe qui a tout à gagner et celle qui a tout à perdre, a avoué Pierre Sage. Il ne faut pas se dire que c’est un match simple, que, quoi qu’il arrive, on va se qualifier ou que c’est joué d’avance. On doit aborder ce match en pensant que des gens viendront au stade et qu’il faudra leur donner ce qu’ils attendent, en termes de qualification, de spectacle et d’engagement."

Dans les tribunes, le spectacle sera forcément au rendez-vous. En recevant cette demi-finale, l’OL a mis un peu plus de chance de son côté dans l’optique de se qualifier pour la finale. L’engouement observé au tour précédent contre Strasbourg laisse présager d’une ambiance électrique ce mardi soir. À la différence du vestiaire, dans les travées du Parc OL, on ne voit rien d’autre qu’une qualification à l’issue des 90 minutes, avec si possible la volonté de ne pas passer par la case tirs au but. La qualification sinon rien, voilà le crédo chez les supporters et un autre résultat pourrait également faire exploser un volcan qui sommeille depuis huit mois.

Car, contre Valenciennes, personne n’oubliera ce qu’il s’est passé il y a quasiment un an jour pour jour. Dans une saison déjà compliquée, l’OL avait eu la possibilité d’embellir sa campagne avec une finale qui semblait plus abordable de ce qui pourrait se présenter cette saison. Seulement, à la Beaujoire, les Lyonnais avaient complètement déjoué et étaient sortis par la petite porte en demies. De quoi éviter de refaire les mêmes erreurs ? "On a encore beaucoup de regrets par rapport à la saison passée, a concédé Alexandre Lacazette. On n’a pas envie de refaire le même non-match. Il faut qu’on joue, ce qu’on n’a pas fait l’année dernière, car on avait cette crainte qui nous animait parfois. Il faut jouer pour ne pas avoir de regrets."

En bon capitaine, l’attaquant estime qu’il n’y a pas besoin de faire de grands discours car "les joueurs doivent être motivés à donner le meilleur d’eux-mêmes pour un tel match". En enchaînant la demi-finale seulement trois jours après le match de Reims, l’OL n’a pas eu beaucoup de récupération, mais n’a pas eu à cogiter non plus et à jouer le match avant l’heure comme il y a douze mois. Comme le dit si bien Lacazette, "quand on est en demie, on a envie que d’une chose : aller en finale". Ce mardi soir, les Lyonnais auront leur destin entre leurs mains. À eux de ne pas tout gâcher.

8 commentaires
  1. JFOL
    JFOL - mar 2 Avr 24 à 8 h 04

    Si on ne bat pas une équipe larguée complètement en L2 qui a éliminé uniquement de faibles équipes pour alller en demi, c'est la honte assurée, on peut arrêter de suivre le foot a Lyon
    La honteuse élimination de l'OL de Pep face à Rennes avait bien ébranlé le club alors la, je n'ose même pas pas imaginer ...

    Modéré
    1. Avatar
      Toitoi - mar 2 Avr 24 à 8 h 13

      Salut,

      Cela serait encore plus honteux que l'année dernière, que j'ai toujours en travers de la gorge car nous avions la voie royale pour remporter un titre.
      Mais ça va aller. Ça a intérêt à aller même très bien, en mode démonstration, parce que je suis à peine remis de samedi dernier.

      Modéré
  2. Avatar
    Da1989 - mar 2 Avr 24 à 8 h 28

    Si on se qualifie en finale contre paris est ce qu’on est automatiquement européen quel que soit le résultat ?

    Signaler
    1. Avatar
      1. Avatar
        Da1989 - mar 2 Avr 24 à 13 h 45

        Merci

      2. Avatar
        Toitoi - mar 2 Avr 24 à 13 h 51

        Je t'en prie Da1989, mais du coup, il y a eu un nouvel article sur le sujet (tant qu'à faire) : https://www.olympique-et-lyonnais.com/meme-qualifie-en-finale-l-ol-sera-encore-loin-detre-europeen,318716.html.

  3. Avatar
    Poupette38 - mar 2 Avr 24 à 10 h 13

    "Effacer le traumatisme de Nantes" ? ils l'ont bien cherché non ? toujours pas digéré ça non plus, c'était la voie royale pour l'Europe .

    ça fait un moment que le finaliste malheureux (à compter de la saison 2015/2016), n'est plus qualifié pour l'Europe si le vainqueur est qualifié pour la LdC par le biais du championnat, la place d'EL reviendra au mieux classé en L1, le 7e maintenant .

    Signaler
  4. Avatar
    brad - mar 2 Avr 24 à 12 h 51

    Gare aux joueurs qui feront un non-match on a pardonné l'année passée cette année pas question et surtout devant une lanterne de L2, ça ne passera pas. On se doit d'aller en finale, on est l'OL. Pour Cherki cela peut être le match de la redemption avec le public lyonnais, il doit saisir à nous faire un grand match pour débuter d'écrire son histoire au club.

    Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut