Reynald Pedros

OL Féminin - Pedros : « Les filles, un football qui m’intéressait »

Reynald Pedros est le nouvel entraîneur de l’OL Féminin. Il a accepté de se confier à Olympique-et-lyonnais.com sur sa nouvelle fonction, les objectifs fixés par Jean-Michel Aulas, le week-end à Saint-Tropez et ses ambitions personnelles.

Depuis son intronisation à la tête de l’OL Féminin le 21 mai dernier, Reynald Pedros s’était montré silencieux dans les médias. Après avoir rencontré le groupe à Saint-Tropez le week-end dernier, l’ancien joueur a accepté de nous répondre au sujet de son nouveau poste. Serein, « sans pression particulière », il se dit prêt à relever ce défi et à aller chercher de nouveaux records avec les Lyonnaises.

Olympique-et-lyonnais.com : Pourquoi avez-vous décidé d’entraîner dans le football féminin ? 

Reynald Pedros : J’ai été sollicité par l'OL. Je regardais un peu le foot féminin depuis quelques années parce que j’avais été à un rassemblement de l’équipe de France. Bruno Bini (sélectionneur de 2007 à 2013) est un ami, il m’avait invité. En voyant jouer les filles, c’est un football qui m'intéressait.

Comment se sont passés les contacts avec l’OL ?

Le club m’a contacté pour savoir si le poste pouvait m’intéresser. Une fois que j’ai dis oui, on s’est rencontré et on m’a exposé le projet. 48 heures après, j’ai donné ma décision positive.

Ressentez-vous une forme de pression à rejoindre l’OL Féminin qui vient de réaliser un deuxième triplé consécutif ?

Je n’ai pas de pression particulière. Ce qui a été fait par le staff précédent et l’entraîneur précédent (Gérard Prêcheur) est top parce qu’ils ont gagné les trois titres et il faut le souligner. Mon objectif c’est de faire aussi bien et même mieux parce que si on gagne la Ligue des champions, on sera le premier club à la gagner cinq fois (l’OL est à égalité avec Francfort avec 4 trophées). C’est important pour le club.

« L’équipe féminine de l’OL doit faire du spectacle, donner envie »

Quelle philosophie de jeu voulez-vous mettre en place ?

C’est une équipe qui marque beaucoup de buts, avec énormément de qualités. Quand vous prenez ce groupe-là, c’est pour aller marquer et attaquer, sans oublier l’équilibre. Dans le projet exposé par le président (Jean-Michel Aulas), l’équipe féminine de l’OL doit faire du spectacle, donner envie de venir les voir jouer, prendre du plaisir et en donner. Ça me caractérise, c’est ce que j’aime.

L’un de vos anciens joueurs nous a parlé de votre penchant pour l’offensive, de votre système en 4-4-2. Jean-Michel Aulas a annoncé vous avoir recruté en partie pour cela. Peut-on s'attendre à le voir à l’OL ?

On va voir, on avance tout doucement par rapport à l’effectif. J’ai déjà mon idée en tête sur le système que j’utiliserai. On a une réunion au mois de juin avec le staff et les dirigeants pour évoquer tout ça.

Avez-vous un objectif personnel à terme ? Vous voyez-vous entraîner une équipe professionnelle masculine un jour ?

Je ne suis pas quelqu’un qui voit à très long terme. J’ai un contrat de 2 ans, plus une année en option. Je vais m’efforcer de bien faire ces deux ou trois années qui vont arriver. Je n’ai pas de plan de carrière, j’ai l’habitude de vivre un peu au jour le jour, de vivre le moment présent. Et aujourd’hui, c’est de me consacrer à 200 % avec les filles et après on verra.

« Je n’ai pas senti des filles rassasiées par la victoire »

Concernant Alex Morgan ou d’éventuelles recrues, est-ce que vous en avez déjà parlé avec le président ?

On en a parlé, on a discuté de l’effectif. Alex Morgan reste une joueuse de très haut niveau. L’inconvénient c’est qu’elle doit repartir aux Etats-Unis. Il y a aussi les contraintes extra-sportives. Pour l’instant je me concentre sur le groupe que j’ai, sur celles qui vont rester selon ce que je déciderai ou pas.

Après avoir fait connaissance de l’équipe à Saint-Tropez, quelle est votre première impression ?

C’est un groupe uni, ça se voit. Après, c’était dans des conditions particulières parce que les filles faisaient la fête. J’ai beaucoup discuté avec les gens autour, avec des joueuses, je me suis beaucoup renseigné. C’est un groupe bosseur, travailleur qui aime gagner. Je n’ai pas senti des filles rassasiées par la victoire. Il y a toujours cette soif de succès.

2 commentaires
  1. OL-38 - jeu 8 Juin 17 à 15 h 29

    Espérons que Reynald Pedros continuera le très travail avec les Filles et fera encore mieux.

  2. Julien1903 - ven 9 Juin 17 à 0 h 42

    Une question interessante à poser je penses:
    Pourquoi Sonia Bompastor n'à t-elle pas remplacée Gerard Precheur?
    Elle connaît le club par cœur,pour y avoir joué et cotoyée il me semble de grandes joueuses,non?
    Pourquoi Jean Michel Aulas à t-il choisi réellement Reynald Pedros?,ne va pas t-il devenir un deuxieme Genesio?
    Ce choix est curieux d'autant plus que la piste Kellerman semblait la meilleure solution.
    Mais pour en finir avec Sonia Bompastor,il me semble qu'elle avait une solide experience de joueuse,et qu'elle
    à gagné d nombreux trophées avec L'OL,non?
    je suis sceptique sur le choix Pedros,comme je l'étais sur le choix Benstiti et sur le cas de Genesio,quant à
    Patrice Lair le coach du PSG Feminine,il m'à déçu le jeu produit par le PSG cette année est tout simplement de
    pietre qualité,qui plus est il n'a atteint aucun objectifs fixés par le club(pas de 1ere où de 2éme place cette année,
    seulement troisieme,pas de titres ni en Championnat,ni en Coupe nationale,ni en LDC),donc pas de LDC à jouer avec le
    PSG la saison prochaine,un echec,un autre entraineur que lui aurait pu etre viré pour ce bilan,mais au PSG ils sont
    visiblement moins regardant que chez les masculins.Pour finir,quid de l'avenir d'Alex Morgan et de Josephine Henning,
    pour la saison prochaine?,les informations poussent plutôt à un depart des deux joueuses,americaine et allemande,ça
    promet l'année prochaine,un changement de systeme avec un passage plus systematique axé plutôt vers un 4-4-2...........

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut