(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

OL : Griedge Mbock, entre concurrence et changements de poste

Depuis son retour en septembre 2021, Griedge Mbock alterne entre titularisations, pas toujours à son poste, et mises sur le banc. Même si elle est bien revenue de sa grave blessure, la défenseure ne semble pas encore exploiter pleinement son potentiel.

Dimanche dernier, au moment de la publication de l’équipe titulaire contre le PSG (3-2), une petite surprise s’est glissée dans la composition de Sonia Bompastor. Griedge Mbock, qui s’était présentée face à la presse samedi, se trouvait sur le banc. Pour la 100e de Wendie Renard en coupe d’Europe, elle était associée à Keidesha Buchanan. Pourtant, la joueuse de 27 ans avait débuté aux côtés de Renard le week-end précédent à Fleury (2-1).

Lors de cette partie, les deux joueuses avaient affiché quelques difficultés (lire ici), ce qui a peut-être joué dans la tête de l’entraîneure pour préparer le rendez-vous de Ligue des champions. “C’était un choix de ma part. C'est vrai que j’ai à ma disposition trois défenseures centrales qui ont de la qualité et de l’expérience. Sur ce match-là, l’association Buchanan - Renard me semblait la plus pertinente par rapport au contexte de la rencontre”, a justifié la technicienne.    


Jouer au milieu, un apport sur le plan tactique et technique


Depuis le retour de sa grave blessure contractée en juin 2020, Mbock a disputé 23 rencontres, pour 18 titularisations. Sur ces affiches, elle a régulièrement (12 fois) évolué en sentinelle dans l’entrejeu, un rôle qui lui a permis de progresser a-t-elle expliqué. “Cela m’apporte dans la vision du jeu. Au milieu de terrain, il faut voir beaucoup plus vite, a-t-elle raconté dans un entretien à Olympique-et-Lyonnais. Il faut prendre l’information, et lorsque je redescends, c’est un peu plus facile de trouver les passes intéressantes car le jeu est face à moi.

Pour autant, même si son impact à la récupération peut être très précieux, il n’en reste pas moins qu’elle gagnerait peut-être à se stabiliser réellement en jouant derrière. “Elle a tellement de qualités que c’est une possibilité qu’elle puisse monter d’un cran et jouer au milieu. Ce n’est pas le choix que j’aurais fait, mais est-ce que j’aurais eu raison ? Je ne sais pas, mais selon moi, c’est une défenseure exceptionnelle. Lors des deux ans et demi où j'ai pu l’entraîner à Lyon, elle faisait partie des meilleures au monde, et possiblement la meilleure charnière de la planète avec Wendie Renard, a observé Gérard Prêcheur, l’entraîneur qui a participé à la venue de Mbock à l’OL en 2015. Quand on a la possibilité d’avoir un tel duo, je ne l’aurais pas changé.” 


Difficile de retrouver ses repères


Ce temps d’adaptation pour appréhender ce nouveau rôle a pu freiner la montée en puissance de l’internationale française, même si avec ses 7 buts, elle a aussi contribué à la bonne saison des Fenottes, surtout à Montpellier le 22 janvier dernier (2-3, elle avait inscrit un doublé). “Ç’a été un peu difficile de retrouver mes sensations, a-t-elle admis. Déjà au niveau des repères, c’est compliqué après un long moment sans fouler les pelouses. J’ai été accompagnée et aidée et maintenant, ça va en s’améliorant.

Même s’il ne doute pas de sa capacité à retrouver pleinement son niveau, Gérard Prêcheur est tout de même circonspect de son utilisation par Sonia Bompastor, bien qu’il respecte ce choix. “C’est très difficile après une interruption aussi longue, il faut être patient pour qu’elle retrouve ses marques. C'est une première difficulté, mais une jeune joueuse avec le talent qu’elle a, je ne suis pas inquiet. Ce qui a peut-être complexifié la tâche pour retrouver ses repères, c’est qu’elle n’a pas intégré le poste qui est le sien, a fait remarquer l’ex-coach rhodanien (de 2014 à 2017). Elle a évolué en numéro en 6, en latérale… lorsqu’on revient de blessure ce n’était peut-être pas la démarche la plus adaptée pour faciliter son retour.” 


"Je profite et je prends du plaisir” Griedge Mbock


De son côté, Griedge Mbock poursuit son travail en apportant sa pierre à l’édifice de l’exercice lyonnais. Malgré la concurrence, elle reste une cadre et un élément important de cette équipe, d’autant que physiquement, elle ne rencontre pas d'obstacle pour le moment. “Je me sens plutôt bien. Je touche du bois mais depuis que j’ai repris la compétition, je n’ai pas eu de pépins. Il y avait des possibilités que cela arrive, j’en ai eu un tout petit au début, mais c’est rentré dans l’ordre. J’espère que ça va continuer. Je retrouve mes sensations, c’est une bonne chose, a-t-elle positivé. Là, je continue les soins et je fais en sorte que d’avoir la meilleure hygiène de vie possible pour pouvoir enchaîner les matches.

Contre Paris ce samedi (21h), la native de Brest (Finistère) pourrait retrouver une place de titulaire en défense centrale. Compétitrice dans l’âme, cela participera certainement au bonheur qu’elle regoûte depuis septembre 2021. “Pour le moment, je savoure plus. Etre sur le terrain avec mes coéquipières, et jouer au foot tout simplement, cela m’avait manqué, a apprécié Mbock. Je profite de chaque instant et de me plaindre le moins possible. Je profite et je prends du plaisir.” Un sentiment décuplé en cas de qualification pour la finale de la Ligue des champions sur la pelouse du “meilleur ennemi”.

2 commentaires
  1. Cicinho - sam 30 Avr 22 à 10 h 29

    Elle a été absente très très longtemps, c'est normal qu'elle mette du temps à retrouver son niveau, quant au petit tacle de Prêcheur à Bompastor, juste rappeler qu'elle a bricolé à cause des très nombreuses absences, et que MBock a fait le boulot au milieu !

    1. Dede passion 69 - sam 30 Avr 22 à 10 h 52

      Excellent !

      Prêcheur est un aigri, quelque peu jaloux, issu de la DTN.
      Il a bénéficié chez nous de la période où nous avions la meilleure équipe de la jeune histoire de notre section féminine.

      Avec cette équipe, même le jardinier aurait fait aussi bien que lui !😉

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut