Sara Bjork Gunnarsdottir
Sara Bjork Gunnarsdottir (Photo by Clive Brunskill / POOL / AFP)

OL : "Le staff a fait en sorte que Gunnarsdottir soit épanouie", se défend Bompastor

Au lendemain des critiques de Sara Bjork Gunnarsdottir, Sonia Bompastor est sortie du silence. Si elle concède avoir demandé à ne pas prolonger la joueuse, l’entraîneur de l’OL estime que son staff a fait tout ce qui était en son pouvoir pour aider la jeune maman.

C’est un épisode qui a pris une sacrée ampleur. Mardi, la prise de parole de Sara Bjork Gunnarsdottir a créé un vrai déferlement de critiques à l’encontre de l’OL coupable de ne pas avoir versé l’intégralité du salaire de la joueuse durant son arrêt maladie puis son congé maternité. Le club s’est défendu en expliquant avoir suivi la loi française, quand dans le même temps un flou juridique existait encore au moment de la grossesse de l’Islandaise. De Vincent Ponsot à Jean-Michel Aulas en passant par Sonia Bompastor, Sara Bjork Gunnarsdottir n’a épargné personne si ce n’est ses anciennes coéquipières.

Estimant avoir fait les frais de son choix de porter l’affaire devant la FIFA, la milieu islandaise a perçu comme négatif sa grossesse et sa maternité aux yeux du staff lyonnais. Une version contestée par Bompastor en personne. L’entraîneure de l’OL est sortie du silence mercredi chez nos confrères de RMC. "Au niveau de la direction, ils se sont beaucoup appuyés sur notre sensibilité de femme à Camille Abily et moi. Ils ont été à l’écoute par rapport à ça. On a été dans le dialogue et l’échange avec Sara à partir du moment où elle est revenue. Comme c’était une situation nouvelle, il y avait un cadre à mettre en place. Et on voulait qu’elle se sente le mieux possible en tant que maman, pour pouvoir performer sur le sportif. Effectivement, peut-être que tout n’a pas été parfait car c’était nouveau aussi pour le club."


"On a proposé les mêmes choses à Sara qu'à Amel (Majri)"


Avec Romain Segui, le préparateur physique, Bompastor confirme qu’un suivi a été fait même quand Gunnarsdottir était en Islande. Si elle ne l’avait pas personnellement, l’entraîneure assure avoir eu des rapports, ce qu’a contesté la joueuse. Si il y a néanmoins une chose que Sonia Bompastor assume, c’est bien sa décision de ne plus compter la désormais Turinoise dans les rangs lyonnais. Non pas à cause de sa maternité mais de son profil et de la concurrence dans l’entrejeu lyonnais. "Sportivement, c’est moi qui ai décidé de ne pas continuer avec Sara. (…) Au milieu de terrain, j’avais une grosse concurrence et des joueuses qui répondaient mieux à ce que je souhaitais mettre en place. En termes de performances et de profil, cela ne correspondait pas à mes attentes et à mon projet de jeu."

Qui a raison ? Qui a tort ? En tout cas cette histoire aura fait couler pas mal d’encre avec une image de l’OL qui se retrouve entachée.

6 commentaires
  1. Yassman - jeu 19 Jan 23 à 8 h 15

    Qui a tord (aie aie aie, ça pique)
    Qui a tort plutôt

    Bonne journée

    Signaler
    1. Kim Kallschtroumpf - jeu 19 Jan 23 à 8 h 26

      Et le tort tue.

      Signaler
      1. Moimoi - jeu 19 Jan 23 à 8 h 30

        Alors que le tord du.

  2. Chevre - jeu 19 Jan 23 à 9 h 17

    femme / homme, ca reste une joueuse de foot qui comme la majorité de nos effectifs viennent au club pour leur business plan. $$$

    Signaler
  3. amoureuxolforever - jeu 19 Jan 23 à 9 h 31

    Personnellement je ne l'ai jamais trouvé formidable.
    Elle est vexée parce que son contrat n'est pas reconduit
    sale mentalité
    moi celle que j'adorais au milieu ,c'est Kumagai

    Signaler
    1. cavegone - jeu 19 Jan 23 à 9 h 38

      Ha oui Kumagai jamais d’histoires du genre avec elle.
      Les Japonais ont un infini respect pour leur employeur.

      Par contre c’était plutôt une def centrale, elle dépannait au milieu simplement.

      Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut