Lorient - OL : Morel garde les pieds sur terre

Ce matin, Jérémy Morel est revenu sur les belles choses entrevues lors de la victoire face à Montpellier. Mais le défenseur préfère ne pas s'emballer à quelques heures du déplacement à Lorient, demain, à 17h00.

Après avoir encaissé 7 buts en deux matches lors des défaites face à Dijon (2-4) et Bordeaux (1-3), l'OL est passé au 3-5-2 face au Dinamo Zagreb (3-0), Marseille (0-0) et Montpellier (5-1), n'encaissant qu'un seul but en trois rencontres. Une solidité défensive retrouvée qui fait plaisir à Jérémy Morel, présent en conférence de presse ce vendredi, et qu'il explique grâce au changement de système effectué par Bruno Genesio.

Le 3-5-2, symbole du redressement lyonnais

"J'aime bien jouer dans l'axe donc le 3-5-2 me convient. Et, pour en avoir parlé entre nous, on est beaucoup à adhérer à ce système" assure le défenseur lyonnais. Conscients des lacunes dont ils ont fait preuve face aux Dijonnais et aux Bordelais, les joueurs olympiens se sont remis en question et ont cherché la meilleure solution pour y remédier. "On a débuté le championnat correctement avant d’être moins bien par la suite. À un moment donné, il fallait qu’on se parle pour savoir ce qui marchait ou ce qui ne marchait pas et ne pas se cacher les uns derrière les autres, explique Morel. L'entraîneur a mis en place un 3-5-2 qui convient bien au groupe par rapport aux joueurs dont il dispose en ce moment".

Et le pari tenté par Bruno Genesio s'est avéré payant avec une défense qui a retrouvé sa solidité de la deuxième partie de saison dernière sans mettre en péril son animation offensive. "Les joueurs de devant peuvent jouer beaucoup plus libérés parce qu’ils savent que derrière il y a les trois centraux, plus Lucas (Tousart) au milieu, qui font le boulot afin de sécuriser l'équipe. On a cette assise défensive qui nous permet d’être tout le temps en place et c’est plus simple pour ceux qui jouent plus haut. Puis nos latéraux peuvent apporter beaucoup plus offensivement sans se préoccuper de l’aspect défensif ."

Ne pas tout chambouler

Outre la solidité défensive, Lyon a également retrouvé le chemin de la victoire en championnat mercredi dernier. Une bonne chose au moment d'enchaîner des matches de très haute importance dans les prochains jours, avec le déplacement à Séville pour la deuxième journée de Ligue des champions, et le derby face à l'AS Saint-Etienne. Alors que la sérénité est de retour dans les rangs des Gones, pas question pour Jérémy Morel de toucher au dispositif à l'approche d'une semaine cruciale. "Tant que le 3-5-2 marche, il n’y a pas besoin de changer, estime l'ancien Marseillais. Contre Montpellier, le but était de se rassurer en championnat et on avait besoin d’une victoire pour se remettre dans le droit chemin. Il était nécessaire de gagner ce match mais on verra dès demain, contre Lorient, s’il y a eu un déclic."

Des Merlus que connaît bien Morel pour y avoir joué neuf saisons au centre de formation et huit chez les professionnels. Un adversaire mal en point et qui pointe à la dernière place du classement après six journées. "C’est une équipe qui doute en ce moment car les résultats ne sont pas au rendez-vous, analyse le défenseur. Mais, contre Guingamp, ils ont fait une prestation plutôt correcte. Dans le jeu c’était pas mal même s’ils n’ont pas eu la victoire au bout. Ça reste une équipe joueuse même si elle a tendance à plus laisser le ballon à l’équipe adverse que par le passé." Malgré les difficultés que rencontre le club breton, l'OL ne devra pas prendre cette rencontre à la légère. "De toute façon, on y va pour gagner, assure Morel. Quand on veut jouer le haut du tableau on doit gagner tous nos matches." Mais alors que la C1 refait son apparition mardi prochain, les Lyonnais ne risquent-ils pas de délaisser la rencontre de demain ? : "Le coach nous a répété que le match le plus important est celui qui arrive, contre Lorient, précise le Réunionnais d'origine. On aura tout le temps de penser aux autres après. Il insiste bien sur ce point-là. Pareil avant Zagreb, il nous avait mis en garde en nous disant de bien rester concentrer sur le match de Bordeaux. Il faut éviter de faire les mêmes erreurs".

"Pas d'enflammade"

À l'approche du déplacement à Séville et de la réception historique des Verts pour le tout premier derby au Parc OL, l'Olympique lyonnais pourra compter sur deux hommes particulièrement en vue contre Montpellier : Nabil Fekir et Corentin Tolisso. Le premier a inscrit un doublé face aux Héraultais le jour de son retour sur les terrains, après trois semaines d'absence suite à son arthroscopie du genou. Très en jambes, l'international français ne souffre plus d'aucune gêne et semble en bonne voie pour retrouver sa forme d'il y a deux ans. "Il a fait un très bon match contre Montpellier, on sent que la confiance est là et je pense qu’il va retrouver son niveau de plus en plus vite avec l'enchaînement des matches, assure Jérémy Morel. On connait ses qualités et on attend toujours plus de joueurs comme lui. Ça n’était pas forcément facile pour Nabil d’être titulaire d’entrée mais il a montré que physiquement tout allait bien. C’est de bon augure pour lui et pour nous". Mais le numéro 15 tempère : "Nabil a encore une marge de progression parce qu’il vient juste de reprendre."

Tout comme Fekir, Corentin Tolisso a lui aussi été l'auteur d'un doublé face à Montpellier, auquel on peut ajouter son but inscrit contre le Dinamo Zagreb la semaine dernière. Pendant l'absence de joueurs majeurs comme Lacazette, Valbuena, Grenier et donc Fekir, le capitaine de l'équipe de France Espoirs a également endossé le rôle de patron avec son club. Ses prestations en ont fait le meilleur joueur de l'OL sur les trois matches joués depuis la défaite contre les Girondins de Bordeaux, confirmant l'importance du numéro 8 rhodanien dans le collectif. "C’est toujours plus sympa d’avoir Corentin dans de telles dispositions. C’est vrai qu’il marche sur l’eau en ce moment et qu’il nous aide à gagner les matches" confirme Morel. Mais, comme pour Fekir, "pas d'enflammade" pour le défenseur lyonnais au sujet de son jeune coéquipier, élu capitaine mercredi dernier contre le MHSC : "Le problème de Coco c’est qu’il a tendance à fanfaronner ensuite, donc il faut vite le calmer. Le brassard c’est peut-être un peu trop... mais ce n’est pas moi qui décide (rires) !" En même temps Morel a raison, il serait bête de tout gâcher alors que Lyon sort à peine d'une passe difficile.

4 commentaires
  1. Fab - ven 23 Sep 16 à 19 h 21

    "Pas d'enflammade" ! Effectivement ! Car sur le plan défensif, on ne peut pas dire que "la porte est fermée à double tour" après deux matchs contre une équipe moyenne (Zagreb) et une équipe "amputée" très tôt qui avait quand même eu le temps de nous mettre un pion !

  2. TomLePatron - sam 24 Sep 16 à 1 h 52

    Paris fait un faux pas ! A nous de saisir cette chance

  3. Gones2wano - sam 24 Sep 16 à 11 h 41

    Déjà en def central il ressemble à un vrai joueur professionnel, c'est dingue que seule bielsa en 2 mois ai immédiatement compris cela alors qu'en l1 pdt 15ans il a pu jouer arrière gauche

    1. fandelol - sam 24 Sep 16 à 14 h 59

      Surement sa taille qui lui a fait défaut pour jouer dans l'axe. Faut reconnaître qu'il n'est pas grand et pas très bon de la tête. Mascherano a connu un peu la même carrière que lui (toute proportions gardées évidemment, même si ils font la même taille^^)

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut