Edmilson et Giuly lors du Match des Héros (©Stéphane Guiochon)

OL - Match des Héros : une parenthèse enchantée le temps d’une soirée

Le "Match des Héros" joué mardi soir devait avant tout être une fête, il a finalement été plus que ça. Dans le quotidien compliqué de l’OL, revoir les héros de 2002 a été une vraie échappatoire pour tout un club.

Musique à plein régime, tour d’honneur et un trophée soulevé. Depuis 2016, le Parc OL n’avait jamais connu ça et a finalement revêtu ses plus beaux habits pour le "Match des Héros". Mardi soir, dans l’enceinte lyonnaise, il n’y a pas eu de feu d’artifice mais ce fut tout comme. Pendant une soirée, l’atmosphère décinoise a donné l’impression d’un retour dans le temps, comme aux plus belles heures de l’OL. Vingt ans après, les supporters n’ont pas oublié les héros de 2002 et dans le quotidien difficile du club ces derniers mois, les Bad Gones n’ont pas manqué de le rappeler avec une banderole "OL 2002, une équipe qui nous fait toujours rêver". Même dans un match caritatif comme celui co-organisé par l’Unicef et l’OL Fondation, la situation actuelle de l’OL n’est jamais bien loin.

Seulement, mardi, la nostalgie a pris le pas sur tout le reste comme si tout le monde voulait créer une parenthèse enchantée. L’enjeu de cette rencontre amicale a forcément joué mais il y a bien longtemps qu’il n’y avait pas eu autant de sourire, voir même d’amusement. De Bernard Lacombe à Jean-Michel Aulas en passant Claudio Caçapa, la bonne humeur a été contagieuse dans les rangs lyonnais. Avec les anciens, il y a clairement eu un vent de fraîcheur au Parc OL. "Ce sont des joueurs qui nous ont fait vibrer. On ne dit pas que tout a été tout rose à cette époque mais il y avait au moins l’amour du maillot", note Jacques, venu notamment avec son petit-fils bien plus impatient de voir Michou que les champions de France 2002. Même son de cloche chez Guillaume, qui avait 11 ans au moment du premier titre à Gerland. "Notre génération a vécu avec une cuillère en or dans la bouche. On a été habitué au luxe avec ces joueurs mais il n'y avait pas que les victoires. Il y avait quelque chose qui se dégageait de ce groupe."


Govou : "Ce match ne peut pas gommer la saison"


A l’heure où Jean-Michel Aulas s’est fendu d’une lettre ouverte où il reconnait "certaines erreurs à ne plus reproduire" et sa volonté de revenir à "l’ADN OL", les coéquipiers de Sonny Anderson représentent certes le passé glorieux lyonnais mais surtout l’unité d’un groupe. Il est évidemment plus facile de bien s’entendre quand les résultats vont avec mais il a toujours existé dans ce groupe une culture de la gagne. "Le seul objectif ce soir (mardi) était de gagner, a concédé tout sourire l’unique buteur de la soirée. Avec Jacques Santini, ça a été l’unique discours dans le vestiaire."

Les cheveux sont plus grisonnants, certains ont pris quelques kilos mais l’ADN de cette équipe a toujours été d’aller plus haut. "On n’est pas là pour faire de l’ombre à ceux qui jouent actuellement, on est là pour se faire plaisir, pour donner du plaisir, a déclaré Sidney Govou. Je pense que mercredi ou jeudi, on reparlera de la saison actuelle et ça ne peut pas tout gommer mais si ça peut apporter un peu de joie."

De la joie, il y a en a eu dans les tribunes et notamment du côté de kop virage nord. Les Bad Gones avaient répondu présents pour l’occasion et se sont eux aussi rappelés aux bons souvenirs de cette génération 2002. Finis les altercations avec les joueurs, les boycotts d’encouragement, mardi il y avait une vraie communion entre supporters et joueurs, à l’image de l’ovation réservée à Sonny Anderson, passé l’espace d’une soirée d’idole de Gerland à celle d’idole de Décines et venu jusque dans la tribune nord.


L'OL Légendes vecteur de valeurs


Si Govou estime "que chaque génération doit écrire son histoire" et qu’il espère que "ceux qui jouent à l’OL et qui ne connaissait pas l’histoire ont regardé le match", force est de constater qu’il existe un vrai totem d’immunité pour ce groupe qui a tout connu auprès des supporters. Vingt ans après et malgré quelques titres dans l’armoire à trophées, certains trouvent encore le moyen d’être surpris.

"Il y avait pas mal de supporters et d’être allé derrière le but et communier avec les supporters, ça nous ramène quelques années en arrière, a avoué Christophe Delmotte. J’étais venu avec mon fils il y a quelques temps pour un match contre la Juve et c’était sympa de voir quelques personnes m’accoster et me dire que c’était chouette de nous voir mouiller le maillot. Donc pour moi j’avais gagné, j’étais fier devant mon fils."

Comme l’a rappelé Sidney Govou, chaque équipe doit trouver son chemin mais à l’heure des montagnes russes de la formation de Peter Bosz, l’OL s’est trouvé une bulle d’oxygène mardi avec les ingrédients désormais souhaités par Jean-Michel Aulas : valeurs, amour du maillot, rage de vaincre… Un cocktail détonnant mais qui fait toujours son effet, vingt ans après.

7 commentaires
  1. Dede passion 69 - mer 11 Mai 22 à 11 h 12

    " On n’est pas là pour faire de l’ombre à ceux qui jouent actuellement, on est là pour se faire plaisir, pour donner du plaisir, a déclaré Sidney Govou. Je pense que mercredi ou jeudi, on reparlera de la saison actuelle et ça ne peut pas tout gommer mais si ça peut apporter un peu de joie."

    Exactement Sidney !
    Une vraie belle soirée au milieu de la grisaille actuelle .
    Assurément la meilleure depuis .......Ouh la la !
    Perso , j'ai rajeuni de 20 ans, et ça fait tellement de bien !...😉

    Signaler
  2. Juni forever OL - mer 11 Mai 22 à 13 h 15

    J'ai trouvé un match agréable à regarder, ça a joué sérieusement, match serré, des occaz
    Si ça avait été une comédie comme on voit parfois, j'aurai zappé direct
    Quelque uns ont encore une belle activité, bréchet, Chanelet, vercoutre, cacapa, Anderson ...
    En face, même dodu, j'ai trouvé Samir nasri très bon, quelle technique !, Van butyen, il va jouer jusqu a 100 ans, ça se voit 🤣, giuly a un niveau incroyable encore !!
    Laure bouleau, la potiche de canal, franchement, elle m'a impressionné, elle a une sacré patate, elle doit jouer régulièrement
    Et le tir de bompastor sur la barre a la fin, quel dommage !
    Belle réussite

    Signaler
  3. Roro Blouch - mer 11 Mai 22 à 13 h 45

    La patate ultra puissante de Kallstrom 10 mètre au-dessus, je vais pas mentir, ça a été mon moment nostalgie qui a rappelé plein de vieux souvenirs 😂

    Signaler
  4. BENO - mer 11 Mai 22 à 14 h 11

    un seul bémol pour ma part à cette belle soirée caritative,....en effet le préposé au micro s'est évertué à annoncer le nom des joueurs comme un speaker de NBA ou de boxe, à l'américaine en hurlant le nom de chaque joueur....ce qui fait que nous ne savions pas qui était qui. Surtout que physiquement certains ont beaucoup changé....

    Signaler
    1. Juni forever OL - mer 11 Mai 22 à 16 h 35

      C'était l'ancien speaker, il a fait comme avant

      Signaler
      1. Dede passion 69 - mer 11 Mai 22 à 16 h 47

        Exact !

        Heureusement qu'il y a des connaisseurs ici !...😉
        Encore faut-il l'avoir connu .....

      2. OLVictory - mer 11 Mai 22 à 16 h 58

        C'était Dominique Grégoire le speaker de Gerland
        Peintre et graphiste, c'était un de mes clients à l'époque.
        Il l'avait mauvaise quand on l'a écarté dès le dernier match à Gerland, sans même l'en avertir, mais je suis content qu'il ait digéré, c'est un bon mec !

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut