Les joueurs de l'OL après la défaite contre Clermont
Les joueurs de l’OL après la défaite contre Clermont (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Quand 2023 rime avec 2022 à l’OL

Pour sa première sortie de l’année 2023, l’OL n’a pas su confirmer le beau visage observé face à Brest quelques jours plus tôt. Pire, contre Clermont, les Lyonnais sont retombés dans leurs travers de l’année dernière.

C’est une vraie gueule de bois qui pouvait se lire sur les visages lyonnais au moment du coup de sifflet final dimanche. Si le réveillon du Nouvel An n’a pas été des plus arrosés dans l’effectif lyonnais avec une mise au vert imposée par Laurent Blanc, le passage à la nouvelle année est loin d’avoir entraîné des changements. Comme le commun des mortels, les bonnes résolutions de l’OL pour 2023 ont rapidement volé en éclats. En à peine 24h, le club lyonnais a rappelé que tout n’est pas prêt de changer entre Rhône et Saône. Après la victoire à Brest, Laurent Blanc et certains de ses joueurs avaient appelé à la mesure malgré le visage probant affiché en Bretagne et ils ne s’étaient pas trompés. L’OL reste malade et la défaite (0-1) contre Clermont l’a rappelé. Plus que le résultat, certes regrettable, c’est bien la partition qui a eu raison de quelques sifflets des 40 000 spectateurs présents au Parc OL.

"Si je savais pourquoi on a rechuté, je vous le dirais, a soufflé l'entraîneur lyonnais en conférence après la rencontre. Le groupe vit des choses difficiles depuis un certain temps et à chaque fois qu'on a l'occasion de repartir dans une spirale positive, on n'y arrive pas... Il faut déjà ne pas perdre les matches, pour cela, et on avait la possibilité de ne pas perdre. C'est usant, je l'ai dit aux joueurs, je suis très en colère contre eux, ça m'énerve de les voir dans cette situation et il faut les aider."


Lopes : "En état d'urgence"


Aux commandes de la formation rhodanienne depuis seulement trois mois, Laurent Blanc semble déjà afficher une certaine lassitude face au visage montré par son équipe. Un coup blanc, un coup noir mais jamais de constance dans la performance. Ou alors négative diront certains. Dans ce "derby" régional, l’OL est retombé dans ses travers de 2022. Ils avaient assuré qu’on ne les reprendrait plus dessus, force est de constater que les Lyonnais n’ont toujours pas retenu la leçon. De nouveau en panne d’inspiration offensive, l’OL a dû compter sur la seule présence de Rayan Cherki pour apporter un semblant d’étincelle. Le jeune joueur n’a pas eu le rendement de Brest et a pu gâcher certaines situations mais il a au moins eu le mérite de tenter, faisant de lui le top de la rédaction pour cette rencontre. Tout comme Saël Kumbedi.

Laurent Blanc insiste souvent sur la jeunesse lyonnaise mais dimanche, elle a été la seule à offrir quelque chose. Semblant déjà fataliste, l’entraîneur lyonnais commence également à voir son totem d’immunité s’effriter. Comme c’est le cas depuis son arrivée, les entrants (Faivre, Aouar, Dembélé et Reine-Adélaïde) n’ont pas eu l’impact espéré au moment de faire la différence dans le money-time contre Clermont. L’entraîneur n’y est certes pour rien ayant "la naïveté de penser que tout le monde s’investi à 100%" mais en se référant peut-être trop au statut qu’à l’âge, le Cévenol risque de s’enfermer dans la même impasse que son prédécesseur sur le banc lyonnais.


Des entrants encore inexistants


La préparation hivernale est passée, le déficit physique rattrapé mais l’OL pointe toujours provisoirement à sept points de l’Europe et 16 de son objectif de début de saison qu’est la deuxième place et un ticket direct pour la Ligue des champions. Comme souvent, Anthony Lopes a mis les mots sur les maux mais il y a bien longtemps que cette méthode n’a plus les effets escomptés. "On est vraiment en état d'urgence, on est très loin, a réagi le gardien lyonnais, dépité après la rencontre. On voulait faire une série et raccrocher les équipes devant nous mais c'est une grosse contre-performance. On n'a pas le déclic. Il va nous falloir des mecs avec énormément de caractère pour remobiliser tout le monde, parce que là c'est inacceptable."

Depuis dimanche, le mercato hivernal est ouvert et l’OL devrait rapidement annoncé l’arrivée de Dejan Lovren. Seulement, un joueur, aussi expérimenté que peut l’être le Croate, ne peut tout changer. Les chantiers sont nombreux et malheureusement au haut niveau, le temps c’est de l’argent.

7 commentaires
  1. Moimoi - lun 2 Jan 23 à 8 h 25

    Titre bien trouvé, simple et efficace, et bon article.
    Lyon semble donc vraiment à sa place, et... c'est quand même triste.
    Je n'oserais les traiter d'incapables, mais en tout cas, force est de constater que malgré "l'état d'urgence" dont parle Antho, ils ne semblent capables que de nous décevoir.

  2. dede74 - lun 2 Jan 23 à 9 h 22

    Bonjour Moimoi,
    Quand on voit la hargne, la volonté, d'une équipe de Lens survoltée, qui obtient des résultats, on se rend compte de la différence, entre les deux équipes et surtout, entre les joueurs et le jeu pratiqué.
    Je comprends la déception et la colère des supporteurs lyonnais.

    Espérons que le printemps, qui viendra, apportera aux Gones, la sève qui leur manque.

    Bonne journée.

  3. VIVAESSIEN - lun 2 Jan 23 à 10 h 40

    40000 spectateurs...j aimerai savoir qui a compté les presents

  4. Tahiti - lun 2 Jan 23 à 12 h 42

    Le niveau de Mendes (qui joue systématiquement vers l'arrière), Faivre, Aouar, JRA est de niveau ligue2 c'est incroyable de voir aussi peu d'implication pour des joueurs pros.

    Il suffit de l'absence de Tolisso, d'un match pauvre de Lacazette, Tete (en manque criant de confiance/rythme) ou un match neutre de Caqueret ou Cherki (devenu titulaire indiscutable tant le niveau des autres milieux créateurs est claqué au sol) et on se retrouve avec une équipe sans vie, sans envie, sans rien.

    Toko et Dembele ne semblent plus du tout concerné, cette équipe ne vit pas bien, ne s'entend pas bien et cela se voit.

    il faut vendre à perte, laisser partir à bas prix/libre. Ce coach apportera de la cohésion et le physique nécessaire à la Ligue1, Mais il n'ira pas faire des différences individuelles sur le terrain si on ne marque pas rapidement dans un match.

    0-0 contre une équipe de milieu de tableau qui ne fait pas un mauvais match à la 75ème il faut pouvoir faire rentrer de la qualité pour forcer la décision, notre banc c'est tout le contraire.

    Il faudra forcément prendre des risques et passer par une phase comme Marseille à recruter/vendre à tour de bras chaque année jusqu'à ce que la sauce prenne. Ne pas hésiter à remplacer un joueur que l'on veut vendre avant de l'avoir vendu pour forcer la décision. Si on se contente de retouche à 10M, l'attente avant de revoir l'Europe sera longue, très longue.

    1. Moimoi - lun 2 Jan 23 à 12 h 49

      Tahiti, jamais l'OL ne se reniera à vendre à perte. N'oublie pas notre slogan : "l'argent avant le sportif".

  5. Gerard de Villieu - lun 2 Jan 23 à 14 h 38

    Bonjour et Bonne Chance à toutes et à tous pour cette nouvelle année!
    Ceci étant dit, revenons à ce qui nous préoccupe depuis...plusieurs années, LA motivation de nos "artist(r)es!
    Sait-on pourquoi, les responsables de ce club, n'envoient-ils pas ces joueurs se "re-motiver" avec la réserve?
    Cette dernière, n'en voudrait-elle pas?

    1. Gerard de Villieu - lun 2 Jan 23 à 16 h 25

      ...je voulais dire; ...de nos "art(r)istes"!

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut