OL : Florian Maurice aurait aimé "plus de considération"

A Rennes depuis deux saisons, Florian Maurice regrette la fin de son aventure à Lyon. L’ancien recruteur de l’OL estime que le club a manqué de considération à son égard.

Jeudi, pour sa présentation, Tetê a pris place aux côtés de Jean-Michel Aulas, Vincent Ponsot et Bruno Cheyrou. Depuis le départ rocambolesque de Juninho durant l’hiver, ce sont eux les trois hommes forts du recrutement lyonnais. En retrait depuis l’arrivée de l’idole de Gerland à l’été 2019, Cheyrou a retrouvé la lumière et la casquette de chef de la cellule de recrutement de l’OL depuis maintenant quatre mois. Aux côtés d’Alain Cavéglia, notamment, l’ancien milieu de Liverpool sillonne l’Europe à la recherche de renforts pour la saison prochaine. Une équipe dédiée au recrutement, un luxe que n’avait pas Florian Maurice durant ses années lyonnaises.

"J’ai travaillé pendant dix ans, seul. On n’avait pas de cellule de recrutement à l’OL, j’étais libre de faire ce que je voulais, avoue le désormais directeur sportif de Rennes à So Foot. Le club avait confiance en moi. Je ne suis pas le gars qui laisse sa famille pour partir en vacances pendant quinze jours, c’était du travail. Tout était très simple, la connexion était hyper rapide et je n’avais pas dix interlocuteurs autour de moi."


Un sujet tabou entre Aulas et Maurice


Pendant une décennie, Florian Maurice s’est donc démené pour l’OL, à la recherche de nouvelles pépites. Avec des finances en berne, la politique lyonnaise s’est petit à petit réaxé vers des jeunes prometteurs. Le genre de profils qu’aime dénicher Maurice depuis ses débuts comme recruteur. Pendant dix ans, il y a eu des bons coups mais aussi des ratés mais le travail de l’ancien attaquant lyonnais a toujours été mis en avant par l’OL. Jusqu’à l’été 2019 et l’arrivée d’un certain Juninho. Le début de la fin pour Florian Maurice dans sa relation avec le club et Jean-Michel Aulas.

"Pour être honnête, j’ai appris que Juninho était nommé le jour de son arrivée. J’aurais préféré que ça se passe autrement. Je ne dis pas qu’il aurait fallu me donner le poste, mais j’aurais aimé qu’on m’en parle. Quand ça fait dix ans que tu bosses comme un fou pour un club…, déplore-t-il dans la suite de l'interview. À partir de ce moment-là, j’estime avoir manqué un peu de considération. J’aurais aimé qu’on m’appelle pour me parler du projet, de ma future relation avec Juninho. Je n’ai pas eu ça. J’ai compris que je ne pourrais plus aller plus haut à Lyon. On a passé huit mois ensemble avec Juninho, je n’ai aucune raison de lui en vouloir, c’était le choix du président, mais je me suis aperçu que ça ne marchait pas."

Un coup de téléphone du Stade rennais et la décision a été prise de répondre à l'affirmative à la proposition. De quoi mettre en colère Aulas "déçu" de la façon dont les choses se sont terminées. Un choix que ne regrette pas Florian Maurice, deux ans après. "À l’époque, ça se passe en un coup de fil, je lui dis : 'Écoutez président, je m’en vais.' Je peux aussi comprendre qu’il n’ait pas aimé ça, j’aurais pu l’amener de manière différente. Mais c’était pendant le confinement, c’était compliqué... Il faut aussi qu’il puisse comprendre comment j’ai ressenti ce qui s’est passé." Depuis, le sujet est devenu tabou à chaque rencontre entre l'OL et Rennes.

43 commentaires
  1. Dragon2332 - ven 1 Avr 22 à 10 h 34

    De ce que j'ai lu, je trouve que sa réaction est compréhensible.

    Le mec qui bosse pour l'institution pendant 10 ans est à peine prévenu de l'arrivée d'une personne pour le remplacer et il l'est le jour même.
    Je peux comprendre l'aigreur et le ressentiment.
    Il y a eu un gros manque de gestion de la ressource humaine et de la considération selon moi.

    Donc qu'il ait ensuite fait la même chose ne me surprend pas non plus.

    1. GoNL - ven 1 Avr 22 à 10 h 55

      L’arrivée de Juni était imminente depuis des mois, il me semble encore…. Je ne pense pas qu’il ait été surpris, mais déçu qu’on ne vienne pas le chercher et lui dise « faut qu’on parle ».
      Il fait du bon travail à Rennes (plus cohérent dans ses achats qu’à Lyon) il a donc bien fait de partir, ici on l’aurait démonté à chaque vente de jeune ou achat fouareux. Imagine qu’il vende la plus grande pépite du club (17 ans) au Real Madrid pour financer l’achat de la moitié d’une équipe, à Rennes c’est normal, à Lyon ce serait un crime.

    2. Sebepe - ven 1 Avr 22 à 10 h 59

      Dragon3223, un ami bossait chez Cegid et me disait que l'ambiance était déléère entre les employés, que la GRH n'est pas au niveau de l'ambition affichée. Finalement ça se retrouve au sein de l'OL.
      Aulas a fait de grandes choses, je ne le conteste pas. Par contre, il est vraiment dans une gestion humaine très 20e siècle (voir années 1980).

  2. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 10 h 50

    Le pauvre Maurice était critiqué par les supporters et manipulé par son président.
    C'est dur à supporter au moment où on se rend compte, je me met à sa place, ça doit être très désagréable.
    10 ans sans aucune reconnaissance.

    1. Roro Blouch - ven 1 Avr 22 à 14 h 26

      Exact. Mea culpa car j'avais moi-même participé à certaines critiques sur des recrutements bidons (Lindsay Rose me vient tout de suite en tête), alors qu'avec le recul le travail de Maurice était plutôt bon.

  3. MICAL - ven 1 Avr 22 à 10 h 51

    OK;en même temps on ne peut pas dire qu'il a été transcendant pendant son passage à l'OL.

  4. Philippeb - ven 1 Avr 22 à 10 h 58

    De son point de vue on le comprend, après c'est la vie de toute entreprise le chef peut changer son organisation en pensant progresser et il y a forcément des ravis et des déçus. Là c'est plus qu'une entreprise c'est la compétition à l'état pur et les égos des joueurs ou ex joueurs sont surdimensionnés. Donc ça fait encore plus mal.
    En cédant au départ de Genesio, JMA , comme d'hab, a cherché à rebondir plus haut et a enfin réalisé son rêve de faire revenir Juni en prenant le risque calculé de casse dans son organisation.
    Qu'il se soit complètement planté dans cette orientation, c'est l'évidence maintenant. Mais on y croyait tous, avouons le.

    1. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 11 h 15

      On y a cru car il nous a fait croire qu'il était d'accord avec les idées de Juni, avec sa vision du sportif, alors qu'en fait rien n'avait changé, le sportif était la dernière des priorités.
      Aulas n'a pas été très franc là-dessus, mais on sait que ce n'est pas sa qualité première

      1. JuniAnderson - ven 1 Avr 22 à 13 h 15

        Idem, je me mets à sa place et je comprends parfaitement sa position et ses choix.
        Ce style de management n’est pas une nouveauté, quand on voit comment ont été traités juni (joueur et entraîneur), Lisandro, même Bernard Lacombe qui avaient pourtant tout donné pour ce club.

        J’ai subit ce type de management à plusieurs reprises, c’est très « lyonnais » comme approche. On ne vous dit pas clairement les choses. Les petites rancœurs s’accumulent et un jour ça conduit à une cassure inévitable.

        Ce sujet devrait être la priorité principale si on veux redevenir un club conquérant

  5. Juninho Pernambucano - ven 1 Avr 22 à 10 h 58

    Un gestion humaine déplorable , je comprends très bien que Florian Maurice ait été blessé par ces comportements .
    Pas de places aux sentiments , il a bien fait de partir à Rennes ou il sera peut être un peu mieux considéré .
    Greg Coupet et tant d'autres ( notre capitaine Gonalons parti dans des conditions déplorables lui aussi ) ont terminé leur carrière dans ce club , de très mauvaise façon , ce n'est pas bien beau tout ça .

    1. XUO - ven 1 Avr 22 à 11 h 40

      Gregory Coupet, il en est où maintenant?
      Il s'est bien fichu du club, et donc du Prez en demandant à partir. Il souhaitait, au gré de ses atermoiements, partir aux Etats-Unis pour que son fils apprenne l'Anglais. Finalement, il le parle comme une vache espagnole.
      Pas fiable, on peut aussi se souvenir de son départ précipité d'un stage EdF pour aussitôt revenir.

  6. juninho pernambucano - ven 1 Avr 22 à 11 h 14

    Bon en gros il ne dit pas qu’il fallait lui donner le poste de juni mais concrètement il le voulait et s’attendait a l’avoir.
    Il n’a pas apprécié que quelqu’un qui n’a rien prouver dans ce domaine ce retrouve au dessus de lui et c’est ce qui a fait qu’il parte de cette manière.

    Toute personne ambitieuse peut comprendre qu’il se soi senti moins libre et bloqué et qu’il soit allé chercher autre part une évolution qui paraissait impossible ici.

    1. mmc1789 - sam 2 Avr 22 à 10 h 41

      Dans un groupe de cette taille, il y a normalement pour chaque poste des titulaires, remplaçants potentiels A et B .. en tout cas c'est ce que nous propose CHEYROU sur la gestion de l'effectif sportif .. normalement, quand tu es A ou B, tu le sais .. c'est très visible du côté des liens entre l'OL et l'ASVEL

      Ce qui est bizarre est cette arrivée sans en informer quelques jours avant Florian Maurice, tout en affichant dans les médias des "nous sommes un club qui a des racines", "l'ADN OL" et autres trucs du genre .. cela ressemble à la fin à du roots-washing et pas à une réalité !

      Un certain Sydney ne s'y est pas trompé et se tient à l'écart de la soi-disante "institution" ... pour être une institution, elle se doit de faire preuve d'une certaine humilité, d'une capacité de transparence, d'explication, au moins en interne .. vu de l'extérieur, l'équipe dirigeante de Lyon semble en être très loin .. ou bien copie les manies du PSG ?

      L'OL moderne est-il à l'image de Mr AULAS, avec ses qualités, et ses défauts .. à voir si TP aura l'opportunité du défit ?

  7. Philippeb - ven 1 Avr 22 à 11 h 23

    Mais Juninho Pernambucano, comment tu fais si tu veux changer quelque chose ??? On ne peut pas critiquer tout et son contraire, ou alors on est pas crédible. En faisant venir Juni , Maurice ne pouvait plus avoir le poste qu'il tenait en partie et son rôle était réduit. C'est mécanique. Le président a choisi . Il s'est trompé et l'expérience (et celle de Rennes) montre que ça marchait mieux eu avec Maurice / Genesio qu 'avec Juni / Bosz. Maintenant nous on le voit, mais le président doit définir l'avenir c'est autrement plus difficile.

  8. Philippeb - ven 1 Avr 22 à 11 h 44

    Olvictory, ça veut dire quoi en fait " le sportif était sa dernière des priorités ?" On entend ce refrain repris en boucle mais en pratique ça s'est traduit par quoi ? JMA a nommé son idole, notre idole en tant que responsable du sportif et lui a donné carte blanche. C'est quand même pas Aulas qui a été cherché Sylvinho, a viré Tousart , a pris Mendes. Etc Etc. Si tu veux dire qu'il ne lui a pas donné 200 M € pour le recrutement, c'est vrai. Si tu crois qu'en développant OL vallée ou la future Arena ça prend l'argent au sportif, je pense que tu te trompes, ce sont des projets financés indépendamment.
    Si tu penses que Aulas n'était pas assez près du sportif en développant ces projets, alors là je ne comprends pas. C'est justement pour ça qu'il a nommé Juni.

    1. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 12 h 03

      Je remet ce que j'ai écris dans un autre sujet, je pense que ça répond à ta question :

      "Juni voulait construire une grande équipe pour revenir au sommet. Donc acheter et garder les bons joueurs, progresser, investir de nouveau sur quelques bons joueurs, vendre les autres, progresser, etc. Il voulait prendre des risques pour faire gagner cette équipe, quitte à échouer avant de recommencer.

      Aulas voulait construire un stade, le rembourser, construire une Arena, organiser des concerts lucratifs, avoir une structure financière solide, avoir des revenus diversifiés et le tout financé par les revenus de l'équipe de foot. De préférence des revenus réguliers avec une prise de risque minimum.

      Ils ne pouvaient pas s'entendre très longtemps. Aulas a fait semblant d'accepter les idées de juni pendant 3 mois, ensuite il y a eu des années de malaise entre eux. Aulas c'est le boss, Juni ne pouvait pas avoir raison contre lui !"

      1. Beeeeen - ven 1 Avr 22 à 12 h 08

        Bonjour OLVictory, il y a du vrai mais aussi beaucoup de caricature dans ce que tu écris. Aulas qui fait semblant qui manipule, etc…On est tous les deux chefs d’entreprise alors tu sais exactement comment ça se passe.
        Il y a toujours un objectif supérieur qui n’est pas forcément explicite.

      2. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 12 h 14

        Je ne fais pas une fixation sur le "fait semblant"
        Je peux reformuler et dire qu'il a cru pouvoir mettre le sportif en priorité numéro un, qu'il a tout mis en place et qu'il s'est trompé avant de revenir en arrière au bout de trois mois.

      3. Beeeeen - ven 1 Avr 22 à 12 h 32

        Je ne crois pas que le sportif ait été la priorité n•1 plus ou moins qu’avant.
        La pérennité économique a toujours été le leitmotiv du président. Et heureusement car c’est ce qui fait qu’on ne s’écroulait pas jusque-là.
        Juninho a eu de l’argent, bien plus que Maurice avant lui. Sauf que sans résultats probants et un impact covid conséquent il ne pouvait pas non plus espérer monts et merveilles.
        Juninho a mal bâti l’équipe, ses super recrues elles sont des doublons. Des milieux des latéraux on avait tout ça.
        Il ne drague pas assez Memphis pour le prolonger, laisse partir Gouiri parce qu’il ne le connait pas, etc…Il a été comme d’autres, nul pendant son passage comme directeur sportif. Mauvais, caractériel, têtu, susceptible, interventionniste auprès des joueurs…tout ce qu’il ne faut pas.
        Ce sont aussi ces erreurs qui font qu’on coule maintenant.
        Et puis je ne sais pas pourquoi tout le monde s’extasie sur Bosz mais c’est vraiment pas un entraineur taillé pour un club comme l’OL. D’ailleurs Aulas est habile, là aussi il fait semblant mais dès l’élimination de l’Europa league Peter il sautera. C’est clair.

      4. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 13 h 00

        Tu dis que Juni "a eu de l'argent", moi je vois les faits et les faits disent qu'il a "rapporté de l'argent".

        Saison 2019/2020, solde ventes/achats de joueurs : + 30 millions dans les caisses du club.
        Le tout réalisé avant la Covid, cette excuse ne tient pas.
        Saison 2020/2021, solde ventes/achats de joueurs : + 17 millions dans les caisses du club.
        Saison 2021/2022, solde ventes/achats de joueurs : + 70 millions dans les caisses du club.

        Juni n'a pas dépensé, mais rapporté de l'argent, à hauteur de 117 millions en trois ans, appauvrissant d'autant le potentiel sportif de l'équipe.

        Sachant que les deux saisons d'avant c'était un solde de + 105 millions dans les caisses du club.
        Le potentiel sportif de l'équipe a été amputé de 222 millions en cinq ans !
        Comment peut-on imaginer que ça se passe bien, sans casse au niveau des résultats de l'équipe si on vend autant et recrute si peu ? C'est fou de croire que ça peut marcher éternellement sans qu'on soit éjecté des prétendants aux places européennes.

        C'est ce que j'appelle mettre le sportif à la dernière des priorités, avec des éléments concrets pour le prouver.

        On est bien obligé de constater que les choses se passent mal dans la plupart des cas avec les anciens du club, joueurs ou salariés. Ce n'est pas le genre de choses que j'apprécie pour mon club de toujours, j'aimerais que les rapports entre ces gens que j'aime bien soient plus apaisées.

      5. Beeeeen - sam 2 Avr 22 à 0 h 45

        Ça n’a pas de sens de raisonner comme ça, le losc et Monaco ont bien été champions de France avec un modèle encore plus accentué. On vend depuis toujours, Essien part pour 38M€ et ça ne nous empêche pas d’être champions.
        Juninho a eu plus d’argent pour bâtir (ou rebâtir) son équipe que Maurice c’est aussi un fait. Il y a vrai déclin quand tu n’a rien pour redémarrer un cycle, ce qui n’est pas le cas. Fournier lui n’a rien eu, est-ce que pour autant on a sombré ? Et Garde alors ? Il a fini 10ieme ?

        Juninho il est sacré on y touche pas, ok, mais bon il y a à dire….

  9. Beeeeen - ven 1 Avr 22 à 12 h 20

    Humainement c’est sûr que la gestion des uns et des autres est calamiteuse. Maurice autant que Juninho ont cru qu’ils pouvaient exiger. Ces fâcheries sont indignes de dirigeants, ces deux personnes n’ont pas portées le club, n’ont pas mis l’OL là ou il est aujourd’hui mais par contre la réciproque est vraie.
    Donc autant Juni que Maurice devraient la jouer finaude.
    Juni au moins a l’intelligence de se taire c’est tout à son honneur.

    Maintenant Aulas dit la vérité quand il met ses hommes devant leurs responsabilités, sauf que ça n’a aucun intérêt maintenant qu’ils ont quitté le club la queue basse. C’est le genre de propos qu’il faut garder pour la sphère privée.
    On sent quand même bien qu’Aulas est usé, miné par ces querelles intestines.
    L’OL souffre de n’avoir plus personne à sa barre, le pouvoir divisé ça donne ça.
    Aulas ne gère plus vraiment les hommes depuis déjà longtemps, on avait pu le constater lors des sketchs entre Nanard et la Houille.

  10. GoNL - ven 1 Avr 22 à 12 h 20

    OLV,
    C’est à la fois caricatural et faux: « le tout financé par les revenus du sportif », je ne comprends pas ce que tu veux dire.
    JMA a toujours dit que, dans le cadre du fair play financier, il fallait diversifier les revenus pour financer le sportif et ce indépendamment des résultats. C’est tout l’inverse de ce que je lis dans ton post.
    Quant au sportif, ce n’est pas la dernière de ses priorités, mais (à mon avis) il a toujours cru que les résultats viendraient automatiquement avec la viabilité de son modèle économique. Et c’est là que les mauvais choix sportifs désordonnés ont mené au déclin des résultats.
    Il a cru que Juni pourrait tracer la voie, mais effectivement il n’a pas pu lui donner des moyens (n’oublions pas le Covid) et il l’ aussi laissé se perdre dans ses choix…
    Voilà où on en est!

    1. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 12 h 33

      Tu parles de ce qu'il dit, je parle de ce qu'il fait.
      Je pense que c'est important de bien distinguer les deux, chez certaines personnes la différence est importante.

      Diversifier les sources de revenus pour financer le sportif, c'est le grand soir qu'on attend tous et qui ne vient jamais. L'échéance est toujours repoussée à trois ans plus tard...

      La réalité, c'est que le trading de joueurs finance la cagnotte pour les remboursements du stade, alors qu'Aulas avait promis que l'inverse devait arriver

      1. GoNL - ven 1 Avr 22 à 12 h 41

        Tu as raison de faire la différence entre les paroles et les actes, surtout avec lui 😁.

        Mais, sur la stratégie économique, je le trouve très cohérent. Le trading permet de financer le sportif dans la phase de transition (le remboursement).

        Pourquoi ça ne marche toujours pas:
        - le Covid a repoussé l’échéancier de 2-3 ans
        - le fair play financier était le postulat de base de son modèle, les qataris/émiratis ont réussi à le liquider
        Est-ce qu’on peut lui reprocher ces deux éléments ? Éventuellement un peu de naïveté sur le deuxième.

      2. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 13 h 06

        La covid a bon dos.

        Sur les trois saisons AVANT la pandémie, 2017 à 2019, les bénéfices du trading c'était +135 millions (le détail des chiffres est plus haut). Et donc le trading n'alimente pas le sportif, mais ponctionne le sportif. Ca c'est un fait. Il l'alimenterait si le solde était négatif ou nul, comme chez tous nos concurrents de L1.

        Comment imaginer qu'on puisse amputer le potentiel sportif de l'équipe de 135 millions sans que ça se retrouve dans les mauvais résultats de l'équipe ?
        Si tous les clubs faisaient pareil ça ne se verrait pas, mais nous sommes les seuls à avoir cette stratégie (avec Monaco mais on voit qu'il n'y a pas de miracle pour eux non plus, ils plongent aussi)
        Il faudrait être naïf pour y croire et Aulas est la personne la moins naïve du foot.

      3. GoNL - ven 1 Avr 22 à 13 h 24

        Je n’ai peut-être pas été clair : l’OL s’est mis au trading pour financer le sportif pendant la phase de remboursement, qui aurait du se terminer à peu près maintenant et qui va se prolonger 2-3, 4 années… En aucun cas je pense que le trading est voué à rester le socle du financement.
        Un club qui génère 75 M€ d’EBITDA par an en rythme de croisière doit être capable d’alimenter le sportif quand il n’est plus de charges énormes de financement.

      4. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 13 h 29

        Donc on est d'accord sur la question du début, actuellement (pendant encore 2-3 à 4 ans selon ton décompte) le sportif est la dernière des priorités et le faire croire à Juni et aux supporters est un mensonge ?

      5. GoNL - ven 1 Avr 22 à 13 h 36

        Tu vas m’avoir à l’usure…
        Ce n’est pas la priorité, c’est le but ultime. Mais ça passe par une transition qui, hélas, s’éternise et pourrait aussi ne jamais aboutir sans l’arrivée de nouveaux capitaux.
        Quant aux mensonges, ils sont plus en rapport aux paroles, pas aux actes 😉

        À part ça, il a neigé chez vous? La Hollande est toute blanche ce matin…

      6. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 13 h 53

        Oui c'est tout blanc en dehors de la ville.
        Je vais voir un client à Oosterhout (à côté de Breda) dans une quinzaine de jours, j'espère que j'aurais un peu de beau temps pour profiter du voyage.

      7. GoNL - sam 2 Avr 22 à 10 h 59

        Pas vu ta réponse, désolé !
        Très sympa Breda, centre historique magnifique (Oosterhout tout petit). Ville très connue des fumeurs de joints français car située juste derrière la frontière belge à moins de deux heures de Lille. Touristes français très appréciés dans le pays car très intéressés par la culture et la cuisine locales 😵‍💫

  11. Olyonn@is - ven 1 Avr 22 à 12 h 27

    Je comprend la décision de Maurice,il voulait plus de considération,il avait tout de même 10 ans de poste c'est beaucoup,Aulas aurait dû avoir une discussion avec lui pour la venue de Juni,il a l'air d'être bien à Rennes comme Genesio... La venue de Juni en patron du sportif n'a pas été comme il l'avait imaginé, maintenant il faut repartir un peu de 0 avec Cheyrou qui s'occupe du recrutement.Finalement je n'ai rien contre Cheyrou mais ne faut t'il pas revoir les objectifs du club un peu à la baisse comme le top 5 par exemple.Ca éviterais peut être les tensions entre supporters et dirigeants pendant un certain temps.

  12. Roro Blouch - ven 1 Avr 22 à 14 h 40

    Qui doute encore du management infect d'Aulas ?

    Même stratégiquement, l'homme qu'on nous présentait comme un visionnaire se retrouve dans un marché du foot qui périclite, une perte d'intérêt massive des plus jeunes (rupture à 25 ans, les moins de 25 ne s'y intéresse plus ou ne regardent que des résumés YouTube), et en plus, même si ce n'est pas de sa faute, un contexte économique cataclysmique qui se rapproche des conditions d'une économie de guerre. Il va le rentabiliser comment son grand stade ?

    1. le_yogi - ven 1 Avr 22 à 15 h 51

      Ces une impression personnelle cette histoire de décrochage des moins de 25 ans ou bien il y a vraiment des travaux qui confirment ça ? J'ai l'impression qu'il y en a aussi pas mal qui s'intéressent au scouting, à l'analyse tactique des matches, ou aux anecdotes "insolites" du foot, si j'en juge par les chaînes Youtube etc. Mais bon il y a peut être un biais d'algorithme. Et je serais pas étonné non plus que ça barbe certains jeunes de voir des matches en entier à l'heure des "stories" et de l'instantané, ou d'autres qui sont un peu trop portés par la vision Football Manager sur les transferts... et donc un intérêt qui est pas forcément 100% porté sur le terrain on va dire.

  13. Philippeb - ven 1 Avr 22 à 14 h 40

    OL Victory je reviens sur ta réponse à ma question de ce matin. Tu dis "Aulas veux financer le stade l'Arena et le reste avec les revenus du foot". C'est pas exactement ça, il valorise la marque OL, les terrains qu'il a, et le savoir faire en matière de spectacle en se diversifiant et en faisant appel à des capitaux extérieurs. Ça ne prend pas d'argent au foot, c'est à côté. L'avantage c'est que ces activités s génèrent des revenus stables, du coup les aléas de revenus du foot liés aux incertitudes du sport sont noyés dans une masse plus stable.
    Là où ta critique le semble plus pertinente c'est concernant le trading, En effet on essaye de gagner de l'argent en vendant des joueurs du centre ou des jeunes à potentiel achetés pas trop cher. Le problème c'est que si on ne fait pas ça on est en perte chaque année, tous les clubs français le font, écrasés qu'ils sont par les charges sociales et n'ayant pas de revenus télé importants. Ou alors il faut qu'Aulas, comme le fait Mc Court accepte de perdre 100 millions de sa poche chaque année. ( Évidemment je ne parle pas du Qatar). Et il veut pas !

    1. OLVictory - ven 1 Avr 22 à 15 h 08

      Tous les clubs français ne font pas du trading, bien au contraire.
      Sur les trois dernières saisons, tous les clubs qui sont devant nous investissent en net dans le sportif, même Lens.
      Seuls Lille et donc Lyon désinvestissent 50 millions par an environ.
      Ce sont eux les exceptions en France, pas l'OM.
      Mais quand on assèche le sportif de 50 millions par an, ça se paie sportivement à un moment, cash !
      Les miracles ça peut marcher quelque temps, mais à un moment la logique reprend ses droits

      1. OLPassePresent - ven 1 Avr 22 à 18 h 43

        Comme le rappelle, une nouvelle fois, l'Equipe aujourd'hui, la position financière de l'OM tient de l'équilibrisme. Il y a de l'investissement net parce que l'OM se révèle assez peu capable de vendre.
        Si les sardines ne disputent pas la LDC l'an prochain, on verra où en seront leurs finances.

        Extrait de l'Equipe du 01/04
        Le président doit limiter les dépenses pour satisfaire son patron, et il a joué sur un fil pour renforcer l’équipe l’été dernier. Longoria est jeune, mais il connaît les ficelles, comme ces prêts avec option d’achat qui permettent de décaler les sorties d’argent sur l’exercice suivant. Mais ce n’est que reculer pour mieux sauter : il lui faudra débourser plus de 80 M€ d’indemnités pour les transferts de De La Fuente, Guendouzi, Balerdi, Ünder, Gerson, Lirola, Pau Lopez et Luan Peres sur les prochaines années. Longoria a aussi diminué la masse salariale, strictement encadrée par la DNCG, qui avait retardé la signature d’Amine Harit, fin août, rendue possible seulement par le report d’une partie des salaires d’Alvaro Gonzalez, Balerdi et Lirola. L’unique autre levier pour rentrer de l’argent et alléger la masse salariale, ce sont les ventes et McCourt le sait bien : il les réclame à chaque session de mercato depuis plusieurs années maintenant et il devient de plus en plus agacé. Il espérait 30 M€ en janvier qui ne sont pas arrivés et qu’il souhaite voir entrer avant le 30 juin.

        Il faut peut-être attendre un peu avant de mettre ce "modèle" en exergue !!!!

      2. Beeeeen - sam 2 Avr 22 à 0 h 53

        Comme si ça ne payait pas l’énorme charge salariale de l’équipe…Le désinvestissement ce n’est pas ça.
        Le trading finance le sportif, les installations mais pas directement les transferts uniquement.
        Ton discours est quand même un peu trop caricatural.
        Le modèle est clairement exposé chaque année je ne vois pas de sportif abandonné dans celui-ci.
        Au contraire tout est fait pour le sportif in fine. In fine, pas là tout de suite mais petit à petit.
        On aurait pas eu une prévision de budget de 400M€ sans trading.

  14. Cicinho - ven 1 Avr 22 à 17 h 11

    La réalité c'est qu'Aulas n'était sans doute pas très convaincu par son boulot...
    L'équipe type des joueurs de niveau l2 de Maurice :
    M. Lopes B.Kone Rose Rybus ou Y.Kone
    Mvuemba Diop Danic
    Beauvue Mateta
    Et heureusement qu'il n'a pas eu tout le temps plein de sous, parce que quand le club a sorti le chéquier, à part Ndombele et Mendy ça a souvent été la cata

    1. MICAL - ven 1 Avr 22 à 18 h 17

      Exact, Ndombele et Mendy étaient déjà des espoirs, s'ils sont venus à Lyon,c'est parce que les conditions étaient meilleures mais toute la France les connaissait.

      1. OLPassePresent - ven 1 Avr 22 à 18 h 26

        Pas plus que Tino Kadewere, meilleur buteur de Ligue 2, quand l'OL l'a recruté !!
        Pour les 2 premiers (Ndombele et Mendy), aucun mérite !! Mais pour le dernier, c'est une grosse connerie !!!!
        C'est bien là, qu'on voit que le forumeur se prononce comme toujours après la "bataille". Pas compliqué d'être un expert !!!!

        Jean-Philippe Mateta joue cette saison en Première Ligue à Crystal Palace. Il a marqué 5 buts et fait une passe décisive. Rybus a déjà été 65 fois international polonais, etc ...... Il faudrait peut-être déjà mieux connaître la carrière des joueurs avant de porter un jugement !!!!

  15. OL-91 - ven 1 Avr 22 à 17 h 20

    La grande soif de considération.

  16. Dufduf - ven 1 Avr 22 à 21 h 30

    Maurice , en tant que joueur était un peu "soupe au lait" et la gestion de sa carrière , après l'OL n'a pas été efficace. J'ai toujours été surpris que ce retraité qui n'avait pas su prévoir sa carrière pouvait penser prédire celle des recrues...
    En tout cas il révèle un côté très artisanal dans le recrutement à l'OL.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut