Ada Hegerberg au duel avec Karchaoui @UEFA

OL - PSG (3-2) : une victoire aux points mais des regrets

En position favorable au moment d’aborder la demie retour dans une semaine, l’OL peut regretter de ne pas avoir un matelas plus confortable. La faute à de nouvelles lacunes défensives.

Samedi prochain, l’Olympique lyonnais visera une dixième finale de Ligue des champions. Après avoir dû faire l’impasse la saison dernière et rendre sa couronne à un Barça que tout le monde porte aux nues, l’OL compte bien montrer qu’il reste LA place forte du football féminin européen et même mondial. Avec la large victoire du FC Barcelone sur Wolfsburg lors de sa demi-finale aller, tout le monde se met à rêver d’une confrontation entre les deux équipes. L’affiche est alléchante mais mettre la charrue avant les boeufs serait une grave erreur pour les Lyonnaises. Le match au Parc OL, dimanche, l’a d’ailleurs montré. Malgré la victoire (3-2) Rien ne sera donné aux joueuses de Sonia Bompastor.

Le PSG a pourtant tout fait pour tout soit presque réglé avant le match retour au Parc des Princes, samedi prochain. Après avoir ouvert le score par l’inévitable Marie-Antoinette Katoto, le club parisien a coulé en même temps que sa gardienne, Barbora Votikova. En l’espace d’une demi-heure, la Tchèque a failli réduire à néant les rêves de finale de son équipe et ouvrir grande la porte en direction de Turin aux Fenottes. Trois erreurs et trois cadeaux dont Catarina Macario, auteure d’un doublé, et Wendie Renard se sont empressées de déballer sans sourciller.

"Pour les spectateurs et téléspectateurs, je pense que c'était une belle partie. Maintenant, en tant que défenseur, on fait une bonne entame de match mais on encaisse un but, a concédé Wendie Renard après la rencontre. On arrive à égaliser, on ne perd pas la confiance. C'était un match assez fou."


L'OL rattrapé par ses démons défensifs


A 3-1 après 50 minutes, la messe a semblé être dite. Entre les problèmes internes avec l’altercation entre Hamraoui et Baltimore la veille du match et les trois erreurs de la gardienne parisienne, on ne voyait pas comment ce match pourrait ne pas tourner à la correction, comme ce fut le cas en novembre dernier en championnat (6-1). Finalement, à la mi-temps de cette double-confrontation, le PSG est toujours en vie et dans ce match censé être une vitrine pour le football féminin français, ce fut un échange de bons procédés entre les deux équipes. Plutôt que de creuser l’écart comme ce duel manqué par Ada Hegerberg en fin de match, l’OL a été rattrapé par ses vieux démons. Beaucoup plus friables défensivement cette année (12 buts en 13 matchs en 2022), les Lyonnaises ont permis à leurs adversaires de croire encore à un possible premier sacre dans la compétition européenne, la faute là encore à des erreurs individuelles et collectives.

"Il y a eu des erreurs de notre part aussi, des choses que l'on peut corriger. Le haut niveau se joue sur des détails et on doit être capable de garder la concentration, a poursuivi la capitaine lyonnaise. Il ne faut pas oublier qu'on a des joueuses assez jeunes à des postes clés, je suis passée par là, ça fait partie de l'apprentissage. On va en tirer les enseignements et faire le moins possible d'erreurs chez elles."

Pour le spectateur du dimanche, l’accumulation des erreurs n’a pas dû permettre au foot féminin de gagner en popularité. Mais lundi, l’important est bien ailleurs. Après ce match aller, l’OL est en ballotage favorable mais rien n’est acquis. Le PSG a montré sa force de caractère au Parc OL et face à son public, gageons qu’elle sera encore plus décuplée. Sonia Bompastor et son staff ont désormais une semaine pour gommer les imperfections lyonnaises et ainsi valider tout le bien apporté par l’ancienne joueuse de l’OL depuis un an. Car, c’est bien sur les résultats qu’elle sera jugée.

6 commentaires
  1. Le Bon - lun 25 Avr 22 à 9 h 31

    "Il ne faut pas oublier qu'on a des joueuses assez jeunes à des postes clés, je suis passée par là, ça fait partie de l'apprentissage. On va en tirer les enseignements et faire le moins possible d'erreurs chez elles." dit Wendie.

    Il y a aussi des moins jeunes qui devraient se remettre en question et se remettre au travail...
    "Rien n'est jamais acquis..."

  2. dede74 - lun 25 Avr 22 à 10 h 24

    Salut à toutes et tous, fidèles supportrices/supporteurs de nos Fenottes.
    C'est vrai, rien n'est jamais acquis, il faut bosser, bosser et encore bosser, pour se perfectionner et aboutir à un résultat.

  3. Le Bon - lun 25 Avr 22 à 10 h 42

    Salut Dede !
    Oui, se perfectionner... et ne pas perdre ce que l'on sait faire, car ce n'est pas "à vie".

  4. le_yogi - lun 25 Avr 22 à 10 h 42

    En même temps, je veux pas m'avancer sur le cv de chacun des membres du site, mais vu la carrière et le palmarès qu'elle a, c'est peut-être plutôt elle qui serait en position de nous donner de leçons sur la persévérance et le travail non ? ^^

    1. Le Bon - lun 25 Avr 22 à 10 h 47

      @le_yogi
      Cela a été vrai, mais actuellement ça ne l'est plus...

  5. stylo - lun 25 Avr 22 à 11 h 33

    on sent que le foot féminin est à un tournant générationnel. Ada, Eugénie sont en difficulté. J'ai trouvé Malard perdue sur le terrain, très souvent recadrée par selma. Bacha et Cascarino sont vraiment agréable à voir jouer pour leur investissement, elles ne trichent pas. La célébration de bacha à la fin, qu'elle fraicheur dans ce foot moderne robotisé !!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut