Parc OL : on a testé le stade connecté et c'est une déception

Jean-Michel Aulas se plaît à présenter le Parc OL comme un stade 2.0 à la pointe de la technologie. Les promesses sont loin d'être tenues pour le moment.

Lire aussi :

Test du stade connecté Parc OL : épisode 2, ça marche enfin !

WiFi à améliorer

Pierre angulaire du concept, le réseau WiFi est censé pouvoir accueillir plus de 20 000 connexions simultanées sans faillir. Selon nos sources, pour le premier match, cette jauge n'a pas été atteinte et pourtant les usagers n'ont pas eu une connexion optimale, des correctifs ont été alors déployés par Orange, le prestataire. Sur le second match, le WiFi n'était guère plus efficace et l'adage premier arrivé, premier servi n'a jamais était aussi vrai. Les retardataires ont pu rencontrer des problèmes pour se connecter. Ceux qui étaient déjà en ligne ont dû faire avec un temps de réponse très élevé ce qui n'a pas facilité les usages et a demandé patience lors de chaque action. Pour les abonnés SFR et Orange, il était plus simple d'utiliser les antennes 4G des opérateurs. La couverture indoor excellente surpasse sans mal le WiFi (mais ne permettent pas d’accéder aux services vidéos). Les abonnés Bouygues et Free vont devoir prendre leur mal en patience, les opérateurs ont jusqu'à l'Euro pour brancher leurs équipements.

Des services connectés pas toujours disponibles ou retardés

Autre promesse non tenue pour l'instant, il n'est pas possible de revoir une action en vidéo sur son smartphone, où choisir entre plusieurs angles de caméras. Pour le moment, il faut se contenter de flux linéaires gérés par OL TV qui ne peuvent être consultés que lorsque l'on est connecté en WiFi dans le stade. Selon nos propres constatations, la fonction est loin d'être encore totalement opérationnelle. A plusieurs reprises, les flux vidéos n'apparaissaient pas sur nos téléphones de test. Quitter l'application ne suffisait pas à les faire revenir (pour les passionnés de techniques, il a fallu renouveler le bail dans les réglages Wifi pour faire revenir la vidéo).
Pour le choix parmi plusieurs angles, le club attend la mise en place d'une nouvelle régie OL TV et des moyens humains. Seul service d'information qui ne pose pas réellement problème : les statistiques sur son smartphone pour suivre la rencontre. Les données proposées restent très pauvres et loin de ce que l'on trouve sur les sites de sports.

Pas de livraison à la place et commande impossible à récupérer

Contrairement à ce qui a été annoncé, il est impossible de se faire livrer une commande à sa place dans le stade. La fonction est en cours d'études, mais se heurte au manque d'espace entre les rangés de fauteuils, aucun salarié ne peut passer pour apporter un sandwich. Aux États-Unis, monnaie et produits transitent via les spectateurs sur la même rangée, solution difficile à mettre en place en France. Plus problématique, la commande à la 0place n'est pas encore au point. Depuis l'application Parc OL sur smartphone, il nous a été possible de commander des snacks et autres boissons tout en renseignant le numéro de bloc. Le paiement se fait via carte bleue ou MyOL (le système de carte de paiement sans contact de l'OL qui se recharge en ligne). Problème, une fois arrivé à la caisse, une hôtesse et son superviseur nous expliqueront qu'il est impossible de délivrer la commande d'une valeur de sept euros à cause « d'un bug » et que cela a été le cas lors du match OL Troyes et OL Marseille. De même, il était impossible d'effectuer un remboursement immédiat, les salariés se sont contentés de prendre notre adresse mail et numéro de téléphone. Du côté de l'OL, on invoque un défaut de formation des caissiers. Dans les stades américains, modèles de Jean-Michel Aulas, on parlerait de « deal breaker » ou «LA raison de ne pas conclure une affaire » dans la langue de Molière. La solution la plus sage aurait sans doute été de ne pas ouvrir la commande à la place tout de suite, mais de choisir un échantillon de spectateurs pour qu'ils testent le service en avant-première lors d'une phase de bêta test. Cela aurait évité les incidents tout en permettant à ces personnes choisies d'en faire la promotion.
Depuis trois ans, Jean-Michel Aulas multiplie les promesses, mais aurait sans doute mieux fait de proposer les services progressivement pour ne pas décevoir. Le plus gros problème du stade 2.0, c'est qu'il a été survendu à la moindre occasion alors qu'il n'est toujours pas encore prêt sur son aspect connecté. A suivre.

7 commentaires
  1. dada - mar 26 Jan 16 à 18 h 35

    a quand la livraison d'un massage pour un joueur??
    c'est la france faut tjrs aller plus vite que la musique
    déjà que l'on fournisse des lieux ou se restaurer en nombres suffisant, sinon le 2.0 ne servira a rien si ce n'est consulter son portable
    j'entends beaucoup de journalistes se plaindre de l'éclairage , m^me les télévisions, qu'en est t il exactement sur place??

  2. OLVictory - mar 26 Jan 16 à 18 h 47

    Le meilleur deal breaker que j'ai pratiqué dans le Stade des Lumières, c'est le verre de bière consigné mais non remboursable. Tu te retrouves à la fin du match avec ton verre vide à la main et des questions plein la tête. Je ne suis pas près de reboire une bière dans leur buvette, faut pas prendre les gens que pour des pigeons, le respect ça marche aussi.
    J'ai mis de l'argent sur ma carte mayoèle, mais j'achèterais une écharpe à la boutique et ensuite basta.

  3. jackjack69 - mar 26 Jan 16 à 22 h 06

    Moi je suis un peu déçu par le rendus extérieur du stade et surtout niveau éclairage. On est quand même dans les faits au stade des lumières, hors le vélodrome est limité plus illuminé, et on est très loin de l Allianz Aréna niveau esthétique. Après l intérieur est magnifique, la vision du match peu importe ou au top. Les buvettes aux étages il y en a trop peu et c est un parcours du combattant. Non si j ai vraiment une critique à faire c est l éclairage des toiles du toit qui devait à la base s éclairé de plusieurs façons, la pour moi clairement c est limite niveau esthétique.

  4. Sony07 - mer 27 Jan 16 à 11 h 42

    "Depuis trois ans, Jean-Michel Aulas multiplie les promesses, mais aurait sans doute mieux fait de proposer les services progressivement pour ne pas décevoir. Le plus gros problème du stade 2.0, c’est qu’il a été survendu "
    C'est bien là le problème avec notre Jean Mimi, il survend le stade, il survend l'équipe, il survend les joueurs ..... bref il ferait bien mieux de reconfigurer son staff et de faire profil bas, mais en est-il capable ??
    En ce qui concerne le stade, c'est vrai qu'il n'est pas parmi les plus beaux de l'extérieur (Turin, Londres, Munich...) mais de l'intérieur je le trouve super, après j'espère que passé la période de rodage, on aura des services à la hauteur de nos espérances

  5. OLVictory - mer 27 Jan 16 à 12 h 30

    Faire profil bas c'est pas son style... et quelque part c'est une bonne chose. Au contraire il n'est plus aussi dur qu'avant, et certains en profitent.

  6. dbanget - mer 3 Fév 16 à 14 h 58

    Bonjour Florent,

    Je peux comprendre que ton exigence de fin expert technique puisse avoir été mise à mal. Ce fut pour toutes les équipes de l’Olympique Lyonnais et l’ensemble de ses partenaires un énorme défi relevé que d'ouvrir 3 semaines plus tôt que prévu avec : un Parc capable d'accueillir près de 60 000 personnes dans de très bonnes conditions (les 3 piliers essentiels : accessibilité, sécurité, spectacles) avec une promesse techno très ambitieuse : animation des écrans géants, 300 écrans IPTV, une application mobile riche en services, 500 bornes Wifi, une scène musicale en après match…

    Pour préciser les points que tu évoques au sein de l’article :

    - Le Wifi : la couverture s’améliore de matchs en matchs. Nous travaillons d’arrache-pied avec nos partenaires pour offrir aux spectateurs la meilleure qualité de couverture et cela prendra environ 4-5 matchs à calibrer parfaitement.

    - Les services connectés : au début du 2nd semestre, nous ouvrirons au sein de l’application mobile la VOD multicam ainsi que la livraison à la place. Ces 2 services sont déjà dans les tuyaux. En attendant, les spectateurs ont accès à 4 chaines vidéos live dont une intitulée « Highlight » qui permet de revoir les dernières actions du match notamment. La rubrique statistiques est synthétique et se veut non exhaustive volontairement pour allier correctement expérience live & expérience mobile (focus sur les stats match et compo équipe pour le moment). La commande à la place est un service totalement opérationnel et stable au sein de l’application mobile et nous travaillons avec nos partenaires pour améliorer surtout l’expérience en fil d’attente et en caisse.

    A dispo pour échanger sur l'ensemble de ces sujets avec toi !

    David

    1. Florent Deligia - mer 3 Fév 16 à 15 h 12

      Bonjour David, merci pour ton retour. Nous ne sommes pas du genre à critiquer sans faire un suivi derrière et saluer toute progression.

      Comme le dit cet article, "à suivre". C'est pour cela que nous reviendrons tester le stade connecté régulièrement et ne manquerons pas de saluer toutes améliorations ou nouveautés (comme nous le faisons pour tout produit high-tech). Vous avez été testé avec la même grille qu'un Apple, un Google ou Free Mobile, ce qui peut paraître injuste pour un club de foot, mais montre aussi à quel point ses ambitions technologiques sont prises au sérieux. De même, depuis trois ans, nous parlons régulièrement du stade connecté et partageons les promesses de Jean-Michel Aulas dans nos articles, ce qui a nourri les attentes et exigences. Il y a eu un décalage entre le discours du président et la réalité du terrain qui se heurte parfois à des contraintes techniques. En ce sens, un bêta test aurait peut-être été nécessaire, mais il est trop tard pour réécrire l'histoire. Je ne doute pas que si vous lancez de nouvelles choses, vous passerez peut-être par cette phase.

      Pour la commande à la place, c'est noté. Pour l'instant, nous attendons le remboursement, comme d'autres utilisateurs, mais les délais sont dans les normes (deux semaines annoncés, certains ont été remboursés au bout de trois semaines, ce qui est correct).

      Si tu peux donner des précisions sur la livraison à la place, nous sommes preneurs. Il y a un vrai flou autour de cette question. Fin 2015, Xavier Pierrot annonçait dans Lyon Capitale une possibilité de livraison à la place en zone "premium".

      Bref, tout ça pour dire que le stade connecté reste un sujet à suivre !

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut