Corentin Tolisso, en discussion avec Maxence Caqueret et Karl Toko-Ekambi à l’échauffement avant OL – Angers (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

OL : pour les supporters, c’est "une histoire qui se répète encore"

Au soir de la 9e journée, l’OL se retrouve bloqué à la 7e place, à neuf longueurs du podium. L’espoir estival a rapidement laissé place au désarroi chez les supporters lyonnais.

Des visages souriants, une affluence presque surprise aux entraînements. La belle embellie de l’été semble déjà remonter à une éternité. Pourtant, tout ça ne remonte qu’au mois de juillet. Trois petits mois mais tellement de péripéties déjà dans cette saison de l’OL. Après les doutes de la préparation estivale, le club lyonnais s’était offert une belle accalmie, fort d’un parcours presque sans-faute durant les cinq premières journées. Les retours à la maison d’Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso ainsi que les treize points sur quinze possible avaient laissé espérer des jours heureux durant l’automne. Il restait encore à passer certains tests et non des moindres contre Monaco, Paris et Lens pour être sûr que le chapitre de la saison dernière était définitivement tourné.

Quatre journées plus tard et zéro point en plus au compteur, l’OL affiche toujours un score de 13 unités au tableau d’affichage. Sauf que les Lyonnais ont reculé à la 7e place et affichent surtout un retard de neuf points sur la qualification en Ligue des champions, objectif prioritaire érigé par la direction pendant l’intersaison. Les doutes qui devaient s’estomper n’ont finalement fait que s’accentuer alors que la Ligue 1 n’a pas encore passé le quart de sa saison. "On avait dit qu’il ne fallait pas s’emballer avec Angers et on avait vu juste, regrette presque Yannick, fidèle du Virage Nord depuis quinze ans. Perdre, ça peut arriver. Mais quatre fois de suite et surtout avec cette manière à Lens, c’est clairement inadmissible."


Un coup de pied dans la fourmilière qui n'est jamais venu


Après la triste 8e place de la saison dernière, l’OL voulait remonter la pente. Il ne fait finalement que creuser un peu plus son chemin dans une médiocrité. Au lieu de truster les places européennes, le club enchaîne les tristes records comme cette spirale de défaites. Chez les supporters, le ras-le-bol est déjà là, avec le sentiment que l'histoire se répète encore et toujours. A l’heure où le futur de Peter Bosz est de plus en plus incertain, les fidèles du Parc OL pointent ce discours de façade qui est servi chaque saison, sans le résultat escompté. "Les dirigeants ont été forts cet été. Ils ont réussi à faire passer la pilule d’une saison ratée en faisant revenir des anciens. Seulement, on voit que ça ne règle pas tout. Les défauts sont toujours les mêmes. Suffisance, manque d’intensité, flou sportif, détaille Jérémy qui était du déplacement à Bollaert dimanche. On peut taper sur Bosz à juste titre mais il n’était pas là il y a trois ans ni au moment de l’entrée dans le nouveau stade."

Mardi, Jean-Michel Aulas a rappelé la responsabilité de tous pour expliquer le marasme actuel. De l’entraîneur aux joueurs en passant par la direction, tous sont responsables de cette mauvaise passe qui doit obligatoirement prendre fin vendredi soir contre Toulouse. Les supporters plutôt patients depuis le début de la saison avec peu de sifflets à l’encontre des joueurs et du staff, l’ambiance devrait être bien plus pesante contre le Téfécé. Anthony Lopes s’y prépare depuis dimanche mais les sifflets ne changeront pas la donne.


"On nous sort toujours le même discours et malheureusement ça marche"


Pour beaucoup, le coup de pied dans la fourmilière attendu durant l’été et qui n’a pas eu lieu est le problème numéro 1. La crise sportive résulte avant tout d’une crise institutionnelle que le report de la vente à John Textor n’arrange en rien. Nicolas Puydebois a déclaré lundi dans Tant qu’il y aura des Gones qu’"il n’y a rien de serein à l’OL que ce soit sportivement, financièrement ou au niveau de la gouvernance. Aujourd’hui, on ne sait pas où on va." Ce ne sont pas les supporters lyonnais qui vont contredire l’ancien gardien de l’OL.

Ils s'accordent tous sur le fait que l’organigramme doit évoluer afin d’avoir des tâches dédiées aux uns et autres. "Depuis un an, on se demande qui parle football, qui s’occupe de quoi. Tout le monde semble en être conscient dans le club mais personne ne fait rien, s'étonne Fouzi qui a pourtant connu les années galère de la D2 quand on l'interroge sur la direction lyonnaise. Cheyrou n'est pas le directeur sportif mais est présenté comme celui au plus proche du groupe. Ponsot est le directeur du football mais s'estime lui-même ne pas être en capacité à en parler. C’est quand même assez surprenant pour un club qu’on dit bien managé." Depuis dimanche et la défaite insipide à Lens, un énième ressort semble s’être cassé dans l’environnement lyonnais. La crise couve mais n’est-ce finalement pas le cas depuis une décennie malgré certaines bonnes performances en Europe ?

12 commentaires
  1. Dufduf - mer 5 Oct 22 à 7 h 50

    "Qui se répète encore " , c'est une répétition...

    1. Philippeb - mer 5 Oct 22 à 8 h 53

      On mélange tout comme d'hab ! Et surtout on confond la cause et la conséquence. Rien n'est serein parce qu'on n'est pas bon sur le terrain. Et pas l'inverse !

    2. OLVictory - mer 5 Oct 22 à 10 h 01

      😆

  2. vav - mer 5 Oct 22 à 9 h 21

    10 ans sans titre. 10 saisons de transitions. 10 ans que c’est la fait à pas de chance 😂

    L’annee prochaine on déchire tout !

    1. Koko - mer 5 Oct 22 à 9 h 32

      on va déchirer l'ASSE en L2 😀

  3. john_woo_3 - mer 5 Oct 22 à 9 h 59

    Tout comme les prochains match contre Rennes, Lille, l'OM seront une redite du match de Lens... peut etre avec un score plus large.

  4. olgoneforever - mer 5 Oct 22 à 10 h 32

    Rien n'est serein .... Pas d'accord Phillipeb ..NON ce n'est pas les résultats sportifs : ce sont d abord les choix de la direction sur les personnes...directeurs, recruteurs, coach...les choix sur les options sportives....le trading , les mercatos etc... et là ça flotte depuis longtemps et avant le covid et les droits tv qui ont empiré ce flottement . Le chapitre Juninho à été la consécration du delitement de la direction!
    On va certainement changer de coach mais si les résultats ne suivent pas ... moi abonné je suivrai un appel au boycotte éventuel ....
    Encore une fois on nous avait promis le Bayern.: si sur la pelouse j admet des difficultés autant je suis déçu par la direction JMA compris.
    J attends cette fameuse trêve de la CdM en gardant espoir d une révolution !

  5. Poupette38 - mer 5 Oct 22 à 13 h 02

    Le club changera peut-être d'entraineur , personnellement je pense que rien ne changera, c'est la mentalité de nos joueurs qui est fautive .

  6. Juni forever OL - mer 5 Oct 22 à 13 h 36

    En partant avec les 3 points vendredi :
    Imaginons 2 situations :
    L'actuelle :
    10 matchs. 6 Vic 0 nul 4 def 16 points

    Si l'on avait perdu seulement contre Paris et Monaco avec 2 nuls de plus, ça pouvait donner :
    10 matchs 4vic 4 nuls 2 def 14 points

    Avec la victoire a 3 points, il faut mieux gagner plus de matchs et en perdre plus que d'en gagner moins et faire plus de matchs nuls
    J'essaye de positiver sur notre situation mais pas évident 🤣

    1. MICAL - mer 5 Oct 22 à 14 h 12

      Lapalisse n'aurait pas mieux dit.

    2. Juni forever OL - mer 5 Oct 22 à 17 h 33

      Et encore je me suis planté car on a fait un nul je l'avais oublié 😮

  7. Olyonn@is - mer 5 Oct 22 à 14 h 04

    Les dirigeants nous jouent de la flûte,le sportif est mis complètement de côté,niveau placard à balais,aller on met 2 ou 3 bricoles dedans,histoire de faire taire les supporters,on baratine on dit oui oui on a fait des erreurs l'an passé mais vous allez voir cette année on va se refaire la cerise,regardez on a l'ADN Lyonnais Lacazette ,Tolisso,Caqueret qui prolonge n'est ce pas formidable!On est les plus beaux on est les plus forts!Rien n'a été pensé,le niveau 0 du projet sportif,on fait du neuf avec du vieux en espérant un miracle,on met Cheyrou le beau parleur,mais il est démasqué.Ponsot le faux directeur du football qui s'occupe plus des chiffres que du ballon,et un Président en semi retraite qui joue la montre avant de faire ses valises.Je pense que plus personne ne va tomber dans le panneau maintenant.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut