OL : "Le rapport humain n'est plus là" entre joueurs et groupes de supporters

En plus d’être chaotique sur le terrain, la saison de l’OL l’a également été en tribunes avec des incidents. La relation entre certains groupes de supporters et joueurs est presque au point mort alors que se profile le dernier match de championnat à domicile contre le FC Nantes.

Samedi, le Parc OL va tirer le rideau d’une saison des plus compliquées pour l’OL depuis son entrée dans l’enceinte décinoise. Pour la deuxième fois en trois ans, le club lyonnais ne sera pas en Coupe d’Europe la saison prochaine et le stade ne pourra pas vibrer au rythme des exploits européens. A la difficulté sportive des hommes de Peter Bosz s’est ajoutée celle d’une relation cassée entre certains groupes de supporters et les joueurs lyonnais. Entre le jet de bouteille contre l’OM, les incidents à Charléty en Coupe de France et les boycotts d’encouragements, la vie n’a pas non plus été un long fleuve tranquille dans les tribunes.


"Des joueurs trop dans leur bulle"


Pour la réception du FC Nantes, samedi pour la dernière à domicile, Jean-Michel Aulas prévoit un stade rempli malgré la situation sportive. Le président lyonnais espère d’ailleurs que ce match "sera une fête" et qu’aucun incident ne sera à déplorer cette fois-ci. S’il croise les doigts, c’est avant tout parce que le dernier match à domicile contre Montpellier a donné lieu à un nouveau rapport tendu entre les Bad Gones et les joueurs avec le doigt posé sur la bouche de Karl Toko-Ekambi. Une énième fracture dans cette saison. "Il y a une certaine distance qui se créé avec les sportifs de haut niveau aujourd’hui, a déclaré Cédric, président de Kop Virage Nord, mercredi dans une émission spéciale de Tant qu’il y aura des Gones. Le rapport humain n’est plus là et ça a créé des tensions qu’on n’avait pas dans le passé."

A la différence des Fenottes, toujours plus proches de leurs supporters à l’image de la séance ouverte au public ce jeudi 12 mai, un fossé s’est créé entre les garçons et les groupes de supporters que peuvent être les Bad Gones et Lyon 1950. Car, ce sont avant tout ces deux groupes qui sont dans le viseur et pointés du doigt depuis le retour des fans dans les tribunes. L’épisode avec Toko-Ekambi n’a finalement été que la goutte de trop qui a fait déborder le vase entre l’institution OL et ses supporters.

Chacun a bien évidemment ses tords et l’ironie de l’histoire se situe dans le ras-le-bol de toutes les parties dans cette relation qui n’a rien de gagnante. "Quand on essaye de saisir toutes les occasions qui se présentent même si elles sont tristes comme lorsque Karl a perdu quelqu’un de proche pour essayer de créer un rapport humain entre les joueurs et nous, ça ne prend pas d’où un peu notre agacement", a poursuivi le président des BG87.


Quelles solutions ?


Des sifflets lancés à l’encontre de certains joueurs à la stratégie du club dans les rapports entre toutes les identités, il y a beaucoup de choses à revoir. Qu'il est loin le temps de Tola Vologe où les entraînements à huis clos se comptaient sur les doigts d’une main. Désormais, c’est plutôt l’inverse. Cette saison, un seul entraînement a été ouvert au public et ne facilite pas la proximité entre les joueurs de Peter Bosz et les supporters. Derrière, tout le monde se retrouve à cran et c’est tout un club qui rentre dans un cercle vicieux afin d’éviter tout débordement comme celui observé au Parc OL.

"Quand il se passe l’affaire Toko, il n’y a aucun échange en amont ou en aval entre les supporters et le joueur. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, d’avoir voulu déclencher des réunions avec les joueurs pour échanger sur ce qui nous plait ou pas, sur ce qui leur plait ou non parce qu’il faut aussi se positionner de leur côté pour savoir ce qui leur plait dans le stade, a avancé de son côté Joahn, capo historique des Bad Gones. Mais ça fait des années que ça n’existe plus."

Comme souvent, Jean-Michel Aulas essaye de faire les entremetteurs et de recoller les fils d’une relation rompue entre deux entités qui sont censées être le charme et l'unité d’un club. Présent en conférence de presse mercredi, le président lyonnais a assuré avoir écrit une lettre à ses joueurs afin de leur demander de jouer le jeu et de ne pas rajouter de l'huile sur le feu samedi. De leur côté, les Bad Gones ont confirmé la reprise des encouragements après le match de Bordeaux où ils n’étaient pas présents en tribunes et celui de Montpellier où ils ont fait acte de présence avant la fameuse altercation. Et une fois de plus, Jean-Michel Aulas est allé au front.

"Avec le président, on a la chance de pouvoir échanger régulièrement avec lui et quand il y a des incidents, il a le courage de venir défendre ses joueurs ou ses positions et c’est quelque chose qu’on lui reconnait bien volontiers, concède Cédric. Contre Montpellier, ça a été un discours à chaud et c’est prévu qu’on fasse le bilan avec lui à la fin de saison à froid après avoir pris du recul."

Du recul, il en faudra pour toutes les parties afin de comprendre les erreurs de chacun. Les groupes de supporters l’avouent eux-mêmes, ils ne sont pas tout blanc et auraient pu réagir différemment. Finalement, ils ne demandent qu’une seule chose : retrouver un lien avec ces joueurs qu'ils supportent par des petites actions ou attentions comme venir jusque devant les tribunes après un match et surtout voir ces derniers retrouver l’amour du maillot car "le comportement, l'investissement dans ce club est quelque chose qui ne se monnaye pas. Le respect du club doit être sincère et irréprochable." La communion observée lors du "Match des Héros" entre les Bad Gones et les champions de France 2002 a de quoi rendre nostalgique et c'est tout un club qui aspire à revenir à ces fondamentaux.

19 commentaires
  1. exile97 - jeu 12 Mai 22 à 9 h 46

    Les pseudo supporters nicois ont montré la voie du pire. J'espère que les nôtres sauront faire montre de mesure dans l'expression de leur déception, légitime, pour ne pas dire d'intelligence..
    Nous avons tous besoin d'apaisement et de croire en la prochaine année de retour aux sommets.
    Ce sera la meilleure nouvelle que les supporters démontrent quils ont appris, eux aussi, de leurs erreurs.
    L'heure à une refondation et au rapprochement avec l'institution nous ouvre les bras.

  2. Darn - jeu 12 Mai 22 à 10 h 02

    JMA partout, à son âge, ça force tout de même le respect.

    1. OLVictory - jeu 12 Mai 22 à 10 h 23

      Il se disperse et c'est très mauvais

      1. Poupette38 - jeu 12 Mai 22 à 10 h 38

        Il l'a toujours fait
        Vous ne vous rappelez pas du reportage au CFC sur une journée type de JMA, impressionnant, bon il était un peu plus jeune .

  3. JUNi DU 36 - jeu 12 Mai 22 à 10 h 33

    Attention à ce que certains ne viennent pas polluer et répendre la haine chez les filles...
    Pour Toko quand une cinquantaine de supporteurs bien énervés veulent le voir à la fin du match, heu franchement je suis Toko je refuse aussi, dans ces gens il y avait forcément des mecs défoncés prêt à en découdre.
    Et puis pour qui ils se prennent pour en arriver là ?? Qu'il y ait discution ok mais avec des gens responsables, pas avec des abrut.s...

    1. Juni forever OL - jeu 12 Mai 22 à 12 h 29

      La réaction de Toko a été très conne, pour quelques idiots, alors qu'il fait une grande saison, il ne s'est pas montré plus intelligent qu'eux

  4. Dede passion 69 - jeu 12 Mai 22 à 11 h 28

    " Qu'il est loin le temps de Tola Vologe où les entraînements à huis clos se comptaient sur les doigts d’une main. Désormais, c’est plutôt l'inverse . "

    Oh la la, à des années lumière !.....
    On pouvait encore dialoguer avec les joueurs , les chambrer, faire des photos, emmener nos gones avec des yeux émerveillés...
    Une époque où lorsque un joueur te promettait un maillot, tu étais sur de l'obtenir la semaine suivante .
    Pas de Porsche ou de Ferrari sur les parkings.

    Avec les filles, on avait même parfois droit à la bise.

    Je sais, je radote , c'est le passé et il ne faut pas vivre avec.😉
    Mais que c'était bien, et que je regrette cette époque bénie que beaucoup n'ont pas connue......

    1. Juni forever OL - jeu 12 Mai 22 à 12 h 41

      Le club est quand même responsable de cet éloignement joueurs/supporters

  5. Juni forever OL - jeu 12 Mai 22 à 12 h 32

    J'apprends qu'il n'y a eu qu'un seul entrainement ouvert au public cette saison, mdr !
    Les joueurs sont dans leur monde et trop éloigné des supporters, il faut remettre de l'humain dans tout ça
    Le club doit travailler pour recréer des relations, on va dans le mur

  6. Jean-Jacques 2 bouts - jeu 12 Mai 22 à 13 h 54

    Des bisous ! Des bisous !

  7. olgoneforever - jeu 12 Mai 22 à 17 h 53

    Dede passion 69 on doit être de la même génération...nostalgiques bien sûr...autres temps autres violences...j'ai vu des gens se faire sortir de Jean bouin lors de ol-om juste pck ils avaient l accent du midi pas terrible déjà...maintenant ça va trop loin ...autant j ai parfois des frissons d entendre les chants des kops autant j ai été écœuré pour kte...je crois avoir été un des premiers dans la tribune est à me lever pour siffler.l équipe est bonne les kops sont fantastiques mais l équipe n est pas bonne alors toutes les violences sont permises :Non. A la fois c la triste logique de la rue. Autre chose à rappeler aux kops...les abonnés ne sont pas que dans les virages !...ce que je dis n est pas révolutionnaire mais j ai trop envie de le dire après cette triste saison sportive et extrasportive.

    1. Dede passion 69 - jeu 12 Mai 22 à 18 h 42

      olgoneforever ,

      Ben oui, mon brave monsieur, bien sur que je suis d'accord .😉

      Les kops, je les ai toujours soutenus pour leur formidable animation, les chants que je reprenais à Jean Bouin, en tribune Est aujourd'hui.
      Les splendides tifos réalisés avec des heures de boulot,comme celui à l'effigie de Juni que les gones hissaient 50cm par 50cm, à hauteur de la tribune.
      La clapping du Ahou que nous ont ramené les BG de chez les Grashoppers de Zurich, bien avant les Islandais à l'Euro et que les médias découvraient tardivement.
      Et aujourd'hui, l'hymne de Balmino en avant match qui me file des frissons, surtout quand il se termine a capella chanté par les groupes.

      Ils sont indispensables dans un stade pas de problème.

      Après pour clarifier ma position vis à vis de certains qui me prennent à contre-pied, il y a les kops, et dans les kops les ultras, et parmi les ultras, il y a une frange minoritaire nauséabonde.
      C'est celle-ci que je condamne, celle qui s'est encore illustrée hier à Nice. Rien de plus.

      Et comme tu le soulignes , il y a des abonnés dont je fais partie , dans TOUT le stade, et nous aussi, nous sommes des supporters du club.

      Perso, j'ai du voir plus de 1000 matchs en 55 ans à Gerland, donc oui, je suis aussi un "supporter" , lambda certes. ...
      Et opposer les joueurs au public, ou l'inverse , n'apportera rien de bon à notre cher OL .

      ALLEZ L'OL !

      1. olgoneforever - jeu 12 Mai 22 à 19 h 08

        Intégralement d accord avec toi gone de gerland si je peux me permettre...merci de m'avoir répondu ! Et allez l ' OL !

      2. OLVictory - ven 13 Mai 22 à 8 h 40

        Merci Dede passion de ne pas tomber dans l'amalgame comme 99% des commentateurs qui fustigent "les" supporters ou "les" BG. Dont la plupart de ces mauvaises langues ne viennent jamais au stade encourager leur équipe, sont assis sur leur canap' et donnent des leçons à ceux qui agissent.

        Au fait, ce n'étaient pas les Young boys de Berne de Rohr pour le clapping ?

      3. Dede passion 69 - ven 13 Mai 22 à 9 h 57

        OLV,

        Merci de m'avoir lu.

        Cet amalgame, je le dénonce depuis bien longtemps ici.
        Bien avant la bouteille de Payet, ce qui m'a valu d'être classé parmi les inconditionnels défenseurs des joueurs, et le vilain méprisant des supporters, un comble pour moi....

        Comme d'autres l'ont écrits à 50 reprises, tout n'est pas noir ou blanc.
        Ce sont très souvent des réactions épidermiques à chaud qui conduisent à ce genre d'amalgame.
        D'ailleurs ça continue ( cf. L'article sur les BG).

        Quant au clapping, tu as peut être raison, car comme je le rappelle souvent, j'écris de mémoire sans vérification.
        En tous cas, ça venait de Suisse après un match que nous avions fait là-bas ....😉
        Je pense facile à retrouver sur le net !

  8. Philippeb - ven 13 Mai 22 à 8 h 08

    L'attitude des ultras est le reflet exacerbé des dérives de notre société.. Un rejet de ceux qui travaillent et réussissent, une aigreur , une jalousie, une méchanceté une bêtise " du peuple contre les élites". Les sentiments les plus bas de la nature humaine sont encouragés par les populistes des deux extrêmes " c'est tout des salauds " " ce qu'il gagnent ils nous le prennent " "on en fait trop on se fait avoir". De plus l'irrespect pour les autorités et la violence sont prônés implicitement et même ouvertement.
    Et un autre mal du siècle c'est la faiblesse croissante de notre état obèse et impuissant qui se retrouve encore dans le foot. La ministre voudrait qu'on arrête les matchs, comme les préfets interdisent les déplacements des groupe. Trop facile de refiler la patate chaude aux clubs et à la fédé. Il faut que la police et la justice traitent le problème dans les stades comme il le font ( avec peine) sur la voie publique. Les interdictions doivent se multiplier et être contrôlées.
    Mais ce n'est pas que le problème des ultras des ultras, c'est aussi une éducation que doivent avoir tous les supporters, le foot c'est d'abord un sport qui nécessite qu'il y ait un perdant, éventuellement un spectacle, mais certainement pas un service public qui leur doit la victoire. Vous trouvez qu'il sont dans le vrai ceux qui insultent leurs joueurs ou même le président parce qu'il s'est gourré dans le choix de son directeur sportif. ??? Pas étonnant après que les plus débiles tapent et balancent des bouteilles !

  9. Valbranque - ven 13 Mai 22 à 8 h 38

    En gros le constat que l’on peut faire c’est que depuis que l’OL est parti à Décines, on est entré dans l’ère de l’exclusivisme des joueurs qui pour le coup sont vraiment dans une bulle tout là-bas.

    Je me souviens de mes promenades au parc de Gerland où je n’y allais même pas forcément pour voir les joueurs. Et lorsque je longeais les terrains de Tola Vologe j’avais parfois la surprise d’apercevoir des Cris, des Reveilliere ou autre Govou en train de s’entraîner et souvent en train de rigoler comme entre bons potes.

    C’est grâce à cette proximité que l’on pouvait dissiper les tensions entre supporters et joueurs. Les uns connaissaient les autres et on était davantage prêts à se pardonner mutuellement quand les choses allaient moins bien

    1. OLVictory - ven 13 Mai 22 à 8 h 46

      En partant à Decines on a surtout pris le virage de "tout le monde est à vendre dès que le prix est correct".
      Les joueurs sont devenus des sources de revenus avant d'être des atouts sportifs. Jusque là la balance penchait encore dans l'autre sens. Avec l'endettement considérable à cause du stade, Aulas a devenu le premier maquignon de France coté en bourse

      Et qui pourrait reprocher à une bête à viande de ne pas avoir l'amour inconditionnel de son élevage ?

      1. JUNi DU 36 - ven 13 Mai 22 à 10 h 31

        L'ambition peut parfois amener à faire de graves erreurs, partir de Gerland en était une. Quel gâchis la aussi, tant d'argent gaspillé dans un autre stade, l'argent gagné dans les LDC aurait pu servir à acheter des très bons joueurs pour gagner d'autres titres et actuellement on serait pas en train de ramer pour rembourser cette erreur 😤
        Bon c'est comme ça malheureusement , il y a un stade avec son parc d'attraction autour, tout à été conçu uniquement pour faire que du business.
        Mis à part pour rencontrer certaines personnes qui viennent sur le site je ne suis pas prêt de me re-taper 450 bornes pour aller dans se stade.
        Je peux passer peut être pour un grand nostalgique mais faut bien avouer qu'on a perdu une grande partie de notre âme en partant de Gerland.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut